Zoom sur la chiropratique

Bien que reconnue par l’OMS et se classant au 3ème rang mondial des professions de santé, la chiropratique reste obscure pour bon nombre de Français. Quelques clés pour mieux comprendre.

Sa philosophie

Le corps a un langage que la chiropratique cherche à décrypter. Maux de dos, migraines, insomnies,…tous ces troubles sont l’expression de déséquilibres du corps. Ainsi, une douleur au genou peut-être provoquée par une blessure à la cheville, ou une migraine, par une raideur cervicale.

Plutôt que de soigner les symptômes, elle va agir sur la racine du mal. C’est pourquoi lors de la première consultation, le praticien questionne le patient pour connaître ses antécédents (chutes, accidents, traumatismes sportifs …).

Son mode de traitement

La chiropratique intervient principalement sur la colonne vertébrale. Surnommée « l’autoroute de l’information nerveuse », c’est elle qui enregistre toutes les « interférences » à l’origine des douleurs : perturbations du système locomoteur (appelées « subluxations »), tensions musculaires, troubles organiques. Par « ajustements » précis et indolores, le praticien régule la circulation du fluide nerveux, garantie du bon fonctionnement de l’organisme. Revendiquant une prise en charge globale de l’individu, cette médecine s’attache également à corriger les mauvaises habitudes de vie (alimentation déséquilibrée, manque d’activité physique,…) qui participent à créer ou renforcent des déséquilibres corporels.

Ses principaux champs d’application

Sciatiques, lumbagos, hernies discales, arthroses du genou, mais aussi brûlures d’estomac, constipation, énurésie, insomnies… les bienfaits de la chiropratique sont nombreux.

Cependant les résultats les plus significatifs concernent les maux de dos. Première cause de consultation dans les centres anti-douleur, la lombalgie gâche la vie de plus de 50 % des adultes en France et représenterait un coût de santé de plus de 1,4 milliard d’euros. Une étude réalisée par Tom Meade publiée dans le British Medical Journal, ayant pour objectif de comparer les techniques clinique et chiropratique de traitement du dos, démontre une plus grande efficacité de cette dernière. Toujours selon l’étude, ce sont 20 millions de dollars soit environ 16 millions d’euros qui pourraient être économisés par an. Une aubaine pour la sécurité sociale.

Chaque étape de la vie pouvant être source de traumatismes (accouchement, puberté, stress professionnel, vieillesse…) la chiropratique s’adresse aussi bien aux nourrissons qu’aux seniors.

Témoignage

Annick, 63 ans

« Je souffrais d’une sciatique depuis des mois. Après avoir consulté mon médecin traitant et avalé des anti-inflammatoires sans résultat, j’ai consulté une chiropraticienne sur le conseil d’une amie. Plutôt sceptique et assez méfiante vis à vis des « manipulations », j’ai été agréablement surprise par le grand soulagement que m’avaient procuré quelques séances rapprochées. Grâce à des ajustements totalement indolores, j’ai pu progressivement retrouvé une mobilité du dos. Avant le traitement, je ne pouvais plus me baisser pour me laver les pieds dans la douche ni même enfiler mes chaussettes. Aujourd’hui, je marche, je monte et descends les escaliers, je fais du vélo, je m’occupe du jardin, je ramasse du bois pour la cheminée… sans aucune douleur. J’ai adopté une nouvelle hygiène de vie : sans suivre un régime restrictif et contraignant, j’ai minci. Je mange équilibré, j’évite certaines associations alimentaires (protéines +féculents par exemple)et j’ai diminué ma consommation de laitages (déconseillés à forte dose). Sur les recommandations de ma chiropraticienne, je pratique ma petite gymnastique d’entretien , une quinzaine de mouvements simples tous le soirs sur mon lit. Mon entourage me trouve en pleine forme. Et moi je me sens bien ! »

Gare aux charlatans !

La chiropratique est une profession très réglementée. Ne se prétend pas chiropraticien qui veut. Une formation de six ans standardisée au niveau international et sanctionnée par le diplôme de « Doctor of chiropractic » est indispensable. Pour trouver un praticien qualifié et reconnu, consultez l’annuaire de chiropratique sur le site de l’AFC (Association Française de Chiropratique) www.chiropratique.org

 

Laisser un commentaire

1 + 7 =