Vaincre le cancer grâce au dépistage

Diagnostiqué en moyenne à l’âge de 51 ans, le cancer du col de l’utérus est de mieux en mieux guéri. S’il touche plus de 3 000 femmes chaque année, 90% des décès pourraient être évités grâce au dépistage.

CANCER-COL-UTERUS

Connaissez-vous votre meilleure arme contre le cancer de l’utérus  ? Le frottis ! Examen gynécologique pratiqué par un spécialiste ou un généraliste, le frottis cervico-vaginal est le seul test de dépistage du cancer du col de l’utérus. Pratiqué régulièrement (tous les trois ans) sur toutes les femmes de 25 à 65 ans, il permet de détecter les cellules précancéreuses et ainsi d’éviter qu’il se développe. Indolore et pris en charge par l’Assurance maladie à hauteur d’environ 70% (hors dépassement d’honoraires), il permet d’éviter 90% des décès.

La chasse au papillomavirus

En 2007, avec l’apparition du premier vaccin contre le papillomavirus, la recherche contre le cancer de l’utérus a fait un bon de géant. Remboursé à 65% par l’Assurance maladie, ce vaccin est prescrit à de nombreuses jeunes françaises. Efficace contre le papillomavirus, responsable de nombreuses lésions précancéreuses et cancéreuses du col de l’utérus, ainsi que des condylomes (verrues) génitales. Le vaccin est efficace chez les jeunes filles, avant tout contact avec le virus, donc avant leur premier rapport sexuel.

Un sujet à aborder entre mères et filles Si vous n’êtes plus en âge de bénéficier de ce vaccin, vous pouvez lutter contre le cancer du col de l’utérus en abordant le sujet de la sexualité avec votre fille ou votre petite fille en l’incitant à se faire vacciner (à partir de 14 ans) mais aussi en l’informant sur les maladies sexuellement transmissibles et notamment sur l’utilisation du préservatif. La prévention est le meilleur moyen de sauver des vies !


Le cancer de l’utérus en 10 points

• Le cancer du col de l’utérus est un cancer sexuellement transmissible provoqué dans la très grande majorité des cas par une infection par le virus du papillome humain (HPV).

• Près des 2/3 des femmes qui ont une activité sexuelle sont en contact avec le virus, mais seules 1 à 2 % contaminées par le virus vont développer un cancer du col de l’utérus.

• En France, depuis 1980, l’incidence et la mortalité par ce type de cancer sont en baisse constante : – 2,9 % de diminution annuelle moyenne pour l’incidence et – 4 % pour la mortalité.

3 400 cancers de l’utérus chaque année sont à l’origine d’environ 1 000 décès par an.

• Grâce à l’extension du dépistage par frottis, la fréquence de ce cancer baisse régulièrement depuis une trentaine d’années.

• En Europe, on en a dénombré 33 000 nouveaux cas en 2002 responsable de 15 000 décès.

• Dans le monde, une femme meurt du cancer de l’utérus toutes les deux minutes.

• Le cancer du col de l’utérus est le deuxième cancer le plus fréquent dans le monde, avec environ 470 000 nouveaux cas diagnostiqués chaque année.

80 % de l’ensemble de ces cancers surviennent dans des pays en voie de développement.

• Il se développe sur une période de 5 à 15 ans qui débute par une infection du virus du papillome humain (HPV) qui représente le principal facteur de risque du cancer du col de l’utérus.

Sur le même thème :

http://www.tempslibremagazine.com/cancer-recherche/

http://www.tempslibremagazine.com/chanter-contre-le-cancer/

Laisser un commentaire

79 + = 84