Interview : « Bientôt la retraite », un livre pour aborder cette période charnière

Aliette Armel publie, aux éditions Albin Michel, « bientôt la retraite », un guide pour vous aider à préparer sereinement cette nouvelle période de votre vie. 

Aliette Armel - © Sandrine Expilly
Aliette Armel

En plus de 170 pages, l’auteure, critique au Magazine Littéraire depuis plus de 30 ans, explique comment aborder la retraite avec des conseils qui pourront se révéler très utiles lorsque vous sortirez du monde du travail.

De nombreuses questions et autant d’éléments de réponses apportés par Aliette Armel : comment établir le montant de vos droits à la pension? Comment gérer cette liberté nouvelle? Quels changements dans votre couple? Sont abordés ici de nombreux aspects, tant économiques, que psychologiques et sociologiques.

Celle qui, aujourd’hui, coache les férues de lecture, propose une foule d’idées pour occuper votre retraite. Vous qui êtes actifs, avez soif de voyages et de rencontres, ce livre devrait vous guider vers l’épanouissement lors de cette période de transition. Avec, en bonus, des exemples d’exercices physiques pour se maintenir en forme. Objectif : un esprit sain dans un corps sain, en somme.

Ouvrir ce livre donne instantanément l’impression de découvrir un « mode d’emploi du retraité ». Rencontre.

Bientôt la retraite

Temps Libre : qu’est ce qui vous a poussée à écrire à propos de la retraite? 

Aliette Armel : Je suis moi-même à la retraite depuis le 1er juillet 2015. Bien avant, j’ai anticipé, commencé à recueillir un maximum d’informations sur le sujet, en écoutant le témoignage des uns et des autres. Il s’est avéré que mes idées et ma réflexion sur le sujet ont aidé les uns et les autres, cela est devenu un coaching de fait. Je me suis aperçue que je pouvais aider les gens à réfléchir, trouver des solutions, à partir de mon expérience.

Les relations avec le conjoint peuvent-elles se tendre avec ce nouveau mode de vie, où l’on est face à une nouvelle liberté?

L’entrée dans la retraite est une zone de turbulences, particulièrement pour les relations de couple. A-t-on les mêmes souhaits, les mêmes objectifs pour cette période de la vie où tout est à inventer ? Quelle est l’attente de chacun des conjoints sur le plan affectif ? Peut-on envisager de partager certains moments et certaines activités et d’en vivre d’autres séparément ? Il va falloir apprendre à se côtoyer toute la journée, dans un espace commun qui nécessite parfois d’être adapté à cette situation. C’est une occasion inédite de se retrouver, de porter sur l’autre un nouveau regard et de construire un mode de vie plus libre vis à vis des pressions extérieures et des habitudes liées aux horaires. Un dialogue est plus que jamais nécessaire dans les mois qui précèdent l’entrée dans la retraite.

Diriez vous qu’aujourd’hui, les démarches administratives sont plus lourdes qu’auparavant?

Je n’ai pas l’expérience de ces démarches auparavant. C’est vrai que, comme dans tous les domaines, la simplification administrative serait la bienvenue ! Les réformes successives compliquent la donne. Mises en œuvre souvent dans l’urgence, elles ne sont pas toujours bien assimilées, même par ceux qui sont chargés de les faire appliquer ! Des pas sont faits, dans le sens de l’information des usagers (avec un site internet info-retraite.fr), dans le sens d’un regroupement des démarches auprès d’un organisme unique prévu à l’horizon 2017. Mais pour l’instant, il faut souvent se renseigner beaucoup et recouper les informations pour s’y retrouver dans des procédures longues et complexes.

Vous évoquez l’insécurité, la perte de pouvoir, la baisse de revenus, la peur du regard des autres… cela revient-il souvent dans le discours des personnes que vous avez interrogées?

Tout changement de situation génère peurs et angoisses, variables selon les situations et les tempéraments. La retraite est un changement majeur qui suppose de revisiter l’ensemble de son cadre de vie et de ses objectifs. Son rôle dans la société change : il s’agit désormais de créer sous d’autres formes, de se faire plaisir en restant disponible pour les autres, de transmettre ses connaissances, son savoir être et pas seulement son éventuel patrimoine. Oui, la peur et l’angoisse s’expriment, souvent très fortement. Et c’est une très bonne chose ! Cela permet d’élaborer des stratégies pour trouver des solutions aux problèmes comme la baisse de revenus ou pour changer son regard sur soi et ainsi modifier celui des autres 

Quels sont les nouveaux défis lorsque l’on continue à travailler après l’âge de départ légal à la retraite?

Pour continuer à travailler après avoir pris sa retraite, il faut d’abord prendre conscience que personne ne vous attend, pas plus à ce moment de la vie qu’à un autre et quelle que soit votre expérience passée. Il faut faire de vraies recherches de travail, construire souvent son propre outil (micro-entreprise, association), se refaire un CV adapté et envisager ses relations dans le milieu du travail de manière différente. La posture du retraité actif n’est pas la même, il n’a plus de carrière à construire ni de poste à conquérir, il a une expérience à transmettre mais de nouveaux modèles sont actuellement mis en oeuvre. Montrer aux « jeunes » que l’on est à leur écoute est indispensable pour forger sa place dans ce contexte.

Comment avez-vous vécu le début de votre propre retraite il y a quelques mois?

Je l’ai beaucoup préparée et j’ai donc tout de suite été de plein pied avec mes nouveaux projets et la poursuite de mes activités littéraires. Mais l’expérience des questions posées au quotidien par la gestion du temps (dont je manque toujours ! même si je ne travaille plus 8 heures (au minimum) par jour pour une institution), mais aussi par la gestion de l’espace (de fait, on reste beaucoup plus chez soi) m’a étonnée et m’intéresse beaucoup.

Voyagez-vous davantage? Quelles sont vos destinations favorites?

Pour l’instant, je ne voyage pas d’avantage, mais j’envisage effectivement, si j’en ai les moyens, de voyager plus dans les mois à venir. Depuis 2009, l’Inde est devenue ma destination favorite, et j’y retourne fin janvier. La côte est des Etats-Unis (et particulièrement New York) m’attire toujours, même si je n’ai pas encore planifié mon retour là-bas. J’aimerais beaucoup explorer des destinations nouvelles : l’Iran, le Japon, le Chili. Et surtout, je me sens plus que jamais disponible pour les modalités de voyage que je préfère : partir pour faire des conférences, avec un projet d’écriture ou pour participer à une activité précise…

Rappelez-nous, en quelques mots, votre parcours littéraire et nous détailler vos activités de coaching en matière de lecture?

J’ai su lire et écrire… à 3 ans et demi. Cela m’habite donc depuis longtemps et a inspiré ma devise, que je mets chaque jour en pratique « Lire et écrire, c’est mieux vivre ». Mon parcours littéraire est passé tout autant par la critique (le Magazine Littéraire depuis 1984), par des essais (livres sur Marguerite Duras ou biographie de Michel Leiris), que par des romans, toujours inspirés de voyages (Du Voyage de Bilqîs (Editions Autrement) jusqu’à Pondichéry à l’aurore (Editions Le Passage). Je cherche à faire partager les effets bénéfiques de cette devise (« Lire et écrire, c’est mieux vivre) à travers des groupes de lecture (Le « Café Lire L’Inde », une fois par mois, dans un restaurant du quartier indien de Paris), des conférences (« Voyager en livres et en films », pour faire connaître des pays comme l’Inde ou des villes comme New York à travers des oeuvres de fiction) ou des ateliers d’écriture, à Paris et en Bretagne. L’ensemble de ces activités sont présentées sur mon site.

« Bientôt la retraite », paru le 5 janvier 2016, aux éditions Albin Michel.

Propos recueillis par Alexis Mamou

D’autres Interviews à découvrir :

1 commentaire - Ecrire un commentaire

Laisser un commentaire

71 + = 80