Guy Carlier, au théâtre « J’ai l’impression de jouer ma vie ! »

Sur la scène du Studio des Champs Elysées jusqu’au 31 décembre 2011, Guy Carlier a  offert une nouvelle facette de son talent.

Notre rencontre  avec le comédien en 2011 :

A quelques jours de votre montée sur scène, dans quel état d’esprit êtes-vous ?

Cet été, j’ai joué durant 26 soirs de suite à Avignon. C’était un challenge physique, mais aussi artistique que de remplir la salle ! Là, en arrivant à Paris, j’ai l’impression de jouer ma vie ! Beaucoup de personnes m’attendent au tournant. Après le ton de mes chroniques radio et télé, je crains un peu les jugements a priori, je m’attends à beaucoup de subjectivité…

Pourtant votre spectacle est très différent de vos chroniques…

Oui et j’espère surprendre d’ailleurs ! Ce n’est ni un ‘best of’ ni un spectacle de sniper. Je me suis attaché à la qualité théâtrale.

En quoi est-ce un travail différent de celui de chroniqueur ?

Vous savez, peu de personnes s’imaginent ce qu’est le stress du chroniqueur : la violence du réveil à 2h30 du matin et la nécessité d’écrire quatre minutes de texte chaque jour. Au théâtre, si j’ai le souci de l’amélioration chaque soir, il n’y a pas ce stress de l’écriture. Après un an et demi de représentations, François Rollin (ndlr : le metteur en scène) m’a mis en garde contre le « pilotage automatique ». Sur scène, je donne le meilleur de moi-même, avec un souci perpétuel d’amélioration.

Commencer au théâtre à 63 ans, était-ce un défi ?

C’est avant tout un rêve d’enfant, tout comme avoir fait de la radio ou écrit une chanson pour Johnny Halliday. Si je l’ai fait maintenant c’est parce que jusqu’à l’année dernière, je n’étais pas capable de monter sur scène physiquement. J’ai dû perdre beaucoup de poids.

Et quel regard portez-vous sur vos années de télé ?

Elle ne m’a pas rendu fou ! Le plus beau reste ma rencontre avec Marc-Olivier Fogiel.


 

Le portrait de Guy Carlier, par ses amis Matthieu Noël, Marc-Olivier Fogiel, Bernard Lepinaux et Muriel Cousin :


 

Après le one-man-show, allez-vous continuer votre carrière sur les planches ?

Une cinéaste que j’apprécie beaucoup, Axelle Robert, va me confier un rôle dans son prochain film. Je vais surtout me consacrer à l’écriture pour le théâtre. C’est un univers incroyable, d’une noblesse et d’une intensité immenses.

Studio des Champs Elysées – 15 avenue Montaigne, à Paris. Rens. : 01 53 23 99 19 

 

D’autres interviews :

Laisser un commentaire

60 + = 63