Kanchanaburi, sur les rives de la rivière Kwaï

La ville de Kanchanaburi, située à seulement 130 km à l’ouest de Bangkok, est une destination prisée par les thaïlandais pour échapper le temps d’un weekend ou d’une semaine à l’effervescence de la capitale. L’intérêt historique de la ville et sa proximité avec le parc national d’Erawan en font une destination à ne pas manquer.

A trois heures de Bangkok, Kanchanaburi est facilement accessible en train ou en mini van depuis la capitale. Elle est particulièrement connue pour son rôle dans la Seconde Guerre mondiale. En effet durant l’occupation japonaise de la Thaïlande, une voie ferrée ayant pour but de relier la Thaïlande et la Birmanie à travers 415 km de terrain accidenté fut créée, entre 1942 et 1943, permettant ainsi aux japonais d’avoir une voie d’approvisionnement pour partir à la conquête du reste de l’Asie occidentale. Cependant cette entreprise ne se fit pas sans mal et cette voie ferrée est même surnommée « Death Railwail », c’est-à-dire le « Chemin de fer de la mort ». Cet ouvrage se fit effectivement dans des conditions de travail épouvantables et couta la vie à environ 100 000 personnes dont beaucoup étaient des prisonniers de guerre. Cette voie ferrée devint par la suite un itinéraire de fuite pour les troupes japonaises mises en déroute par les Alliés.

Les lieux symboliques de la ville

Le pont de la rivière Kwaï, appelé aussi « pont du Chemin de fer de la mort », est sans doute le monument le plus emblématique de la ville de Kanchanaburi. Long de 300 mètres, il ne fut utilisé que 20 mois avant qu’il ne soit bombardé par les Alliés en 1945. Après la guerre, les Britanniques prirent le contrôle de la voie ferrée du côté birman et en arrachèrent 4km de peur qu’elle soit utilisée par les séparatistes karen. Cependant le State Railwail of Thailand, le service des chemins de fer thaïlandais, utilise encore la ligne et on peut donc y voir passer des trains.

Pont de la rivière Kwaï

Le cimetière militaire des Alliés est un autre lieu hautement symbolique de la ville. Il accueille les sépultures de 6 982 prisonniers de guerre, principalement des britanniques, des australiens et des néerlandais. Le musée militaire du Jeath et le Centre du chemin de fer Thaïlande-Birmanie sont consacrés au récit de la conquête de la jungle en temps de guerre et à la description des conditions de travail très dures des prisonniers de guerre. Ils expliquent bien le rôle qu’a joué Kanchanaburi durant la Seconde Guerre mondiale, notamment à l’aide de vidéos et de coupures de journaux.

Le must : Comme partout en Thaïlande, la ville propose un marché de nuit typique où se restaurer et déambuler est un vrai plaisir.

Le parc national d’Erawan et ses sept magnifiques cascades

erawan waterfalls
Deuxième cascade du parc naturel d’Erawan

Le parc d’Erawan, proche de Kanchanaburi et accessible en bus public, est très apprécié des thaïlandais et des touristes pour sa cascade à sept niveaux. La cascade d’Erawan doit son nom au dernier niveau qui ressemblerait à l’éléphant à trois têtes de la mythologie hindoue.

Méfiez-vous des poissons qui risquent de vous grignoter les doigts de pieds pendant que vous vous baignerez.

Notre conseil : ne venez pas trop tard le matin et rendez vous directement à la 7ème cascade, la plus haute, pour vous baigner. Ainsi vous éviterez un certains nombre de touristes et notamment les groupes. Il est aussi plus aisé de monter les étapes du parcours lorsqu’on est sec. Sur le chemin retour arrêtez vous également à la 4ème cascade où, tracé sur la roche, un toboggan naturel vous attend.

ElephantsWorld : une journée avec les éléphants

Non loin de la ville, le centre ElephantsWorld propose de venir vous chercher à votre hôtel pour vous faire découvrir le temps d’une journée ou deux le quotidien des éléphants.

elephants world
Un mahout et son éléphant à ElephantsWorld

A ElephantsWorld, on travaille pour les éléphants et non l’inverse. Ce lieu créé en 2008 par un vétérinaire, accueille des animaux malades, handicapés, vieux et surtout rescapés. Les « mahouts » (dresseur d’éléphants) et les volontaires de ce centre prennent soin de ces créatures qui pour la plupart ont eu un passé difficile en travaillant dans l’industrie forestière, en mendiant dans les rues et bien sur en portant des touristes dans les trekking camp.

La fondation vous propose alors de manière ludique de vous informer sur les conditions de vie des éléphants, de les nourrir, de vous balader à leurs côtés, et même de vous baigner avec eux mais en aucun cas de monter sur leur dos ou sur leur nuque. Seuls les mahouts, qui nouent de vraies relations avec leurs éléphants se déplacent à dos de pachydermes dans le centre.  Là bas les éléphants sont tous les jours en vacances et les découvrir, heureux et le plus possible libres malgré la captivité, est un vrai régal !

Si vous passer une nuit là bas, sachez que le programme du deuxième jour est encore plus agréable car les moments partagés avec les éléphants sont plus ‘intimes ». De plus, les volontaires vous proposent d’aller flotter avec eux dans la rivière Kwaï : une expérience inoubliable.

Pour en savoir plus : http://www.elephantsworld.org.

Où dormir ?

VN guesthouse, petit hôtel local, est idéalement situé avec une superbe vue sur la rivière Kwaï. Nombre de guesthouse se trouvent sur la rue principale mais celle-ci est bruyante. VN guesthouse, située non loin, offre un bon compromis entre calme et proximité avec les animations de la ville. Vous y croiserez en majorité des français avec qui vous pourrez échanger sur votre voyage et ainsi vous conseiller sur les prochaines étapes de vos trajets respectifs.

VN guesthouse
La vue sur la rivière Kwaï depuis la chambre de VN Guesthouse

Poursuivez votre voyage par la découverte des plus beaux temples de Thaïlande et celle du nord du pays réputé pour sa beauté. Et retrouvez notre dossier consacré à la Thaïlande et de précieux conseils de voyage ici.

Alice Aubel et Noémie Pierre

Laisser un commentaire

5 + 1 =