Lyon, escapade culturelle et gastronomique

Culture, religion, nature, gastronomie et balades digestives : bienvenue à Lyon ! L’ancienne capitale de la Gaule est très attractive autant pour les travailleurs, les étudiants que les touristes. Nous allons comprendre pourquoi. Nous voilà partis pour un weekend culturel et gourmand !

Lyon est géographiquement un véritable carrefour puisque la commune du Sud Est se trouve entre la mer et la montagne, au confluent du Rhône et de la Saône, et entre le massif central et le massif alpin. Par ailleurs la ville bénéficie d’un climat agréable ce qui ne gâche rien.

La ville de Lyon compte plusieurs sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO : la colline de Fourvière, les quartiers du Vieux-Lyon, de la Presqu’île et les pentes de la Croix-Rousse. De plus, elle a cultivé son art de vivre, en créant et protégeant des espaces verts comme le parc de la Tête d’or, en privilégiant les voies piétonnes et cyclables, en soignant la propreté de ses ruelles et de ses quais et en produisant une offre culinaire digne de sa réputation. C’est parti pour la visite !

Visites

Le quartier de La Croix Rousse

Nous avons résidé à la Croix Rousse, un quartier bobo surplombant la vieille ville. Cardiaques s’abstenir : descendre et monter ce mont n’est pas une promenade de santé ! Mais que vous y dormiez ou non, ne passez pas à côté de ce quartier, de son petit marché le samedi matin et ses traboules à arpenter de jour comme de nuit. L’ambiance y est celle d’un petit village de province et on y oublie vite qu’on se trouve dans l’une des plus grandes villes de France.

Les traboules sont des passages qui permettent d’aller d’une rue à une autre à travers les immeubles. Ruelles et cours forment alors un labyrinthe dans lequel on apprécie de flâner, parcourant les petites boutiques, librairies et restaurants. Dégustez donc un verre en terrasse !

Le Vieux-Lyon

La ville compte quelques vestiges de l’époque où on l’appelait Lugdunum. Ainsi, théâtres, aqueduc et odéon antique vous rappellent l’ancienneté de la ville. Les ruelles que vous foulerez, comme la rue Saint-Jean sont bordées de « bouchons« , nom par lequel on désigne les restaurants lyonnais. Une fois encore, on traverse les traboules comme on traverserai le temps passant de l’ère antique, au moyen-âge puis à la renaissance. Notre promenade nous amène au bord de la Saône où le palais de Justice s’impose avec ses 24 colonnes. Au terme de la rue Saint-Jean, emblématique de ce quartier du Vieux-Lyon, on tombe nez-à-nez avec une cathédrale magistrale discrète mais agréable à visiter par cette chaleur.

La Fourvière

Accolée au quartier du Vieux Lyon, la colline de la Fourvière peut être rejointe en funiculaire.

On y trouve la Basilique Notre-Dame de Fourvière, rendant grâce à la Vierge Marie et à l’immaculée conception, véritable emblème de l’attachement de la ville à la religion.

De l’église, descendez dans la crypte et rendez vous dans la chapelle dédiée à la Vierge Marie.

Non loin, on change de siècle ! Une tour d’antenne métallique, à l’allure de Tour Eiffel, domine la ville. de là, la vue est imprenable : asseyez vous, prenez des forces pour la descente et profitez du panorama.

Pour descendre la colline vous pouvez empruntez à nouveau le funiculaire mais nous vous conseillons une descente à pied pour prendre le temps d’observer d’autres traboules et d’emprunter les jardins du Rosaire. Le parc débouche sur les petites rues de centre ville.

Le parc de la Tête d’Or

La roseraie

Ce parc est le plus grand situé en ville, en France. Une fois entré, oubliez le bruit, et le stress ! Vous voilà entouré de verdures, d’un lac mais aussi de jardins, roseraies, serres et même d’un zoo. Ce dernier, comme tout ce qu’on trouve dans le parc, est en accès libre, c’est à dire gratuit. L’objectif de la ville est de sensibiliser les habitants à la préservation de la biodiversité, par conséquent les espèces dites en voie de disparition sont présentées par des écritaux sur lesquels on découvre les causes de leur mise en danger.

Gastronomie et douceurs

Le Vieux-Lyon et le quartier de la Croix Rousse nous ont régalé tous le weekend. En effet, Lyon a été consacrée « capitale mondiale de la gastronomie ».

De nombreux chefs reconnus officient dans la ville mais sachez que, même sans aller dans les restaurants huppés, vous serez régalés. Une flopée de restaurants typiques, qu’on appelle « bouchons » vous servent…

  • en entrée : des grattons, de la rosette de la région, du saucisson sous toutes ses formes, un autre type de saucisse qu’on appelle le jésus
  • en plat : des quenelles de brochet, du boudin noir aux pommes, de l’andouillette, des gratins dauphinois ou de cardons
  • en dessert : tarte à la praline ou pogne (à la fleur d’oranger)
  • en fromage : du saint-marcellin, du mont-d’or ou de la cervelle de canut

… Vous êtres prévenus : ce n’est pas régime, mais qu’est ce que c’est bon ! Les serveurs vous proposeront  différents vins pour arroser vos repas, du beaujolais ou des côtes-du-rhônes. Amateur de bonne chair, lisez aussi notre article sur le Périgord Noir.

Pour le gouter nous vous recommandons le glacier Nardonne situé dans le Vieux-Lyon, près des quais. Et pour l‘apéro ? Le quartier des Brotteaux compte plusieurs bars agréables aux ambiances diverses : latino pour les danseurs et branché pour ceux souhaitant se mêler aux after-work des lyonnais.

Sautez dans un train, les lyonnais vous attendent !

Découvrez aussi nos reportages sur la Bourgogne, la Bretagne ou encore l’Auvergne.

Noémie Pierre

 

Laisser un commentaire

35 + = 39