Marrakech pendant le ramadan

Carnet de voyage : nos quelques jours de farniente …

Depuis 4 ans, le ramadan a lieu durant les mois d’été. Si c’est dur pour les pratiquants nous avons voulu observer ce que ça donnait côté touriste. Cette année, le ramadan commençait le premier dimanche de juillet alors même que nous décollions pour le Maroc, pays musulman. Nous avons choisi Marrakech, ville cosmopolite connue pour son attractivité touristique.

Dès l’entrée dans l’avion le ton est donné. En effet de nombreuses familles rentrent au pays pour célébrer le ramadan avec leurs proches ce qui donne une atmosphère bruyante et conviviale qui nous plonge déjà dans la culture marocaine.

Un chauffeur nous attend à l’aéroport pour nous guider à travers la ville, jusqu’à notre Riad. Dans la voiture : pas de ceinture mais c’est normal d’après notre conducteur. Ensuite, ne soyez pas étonné de croiser vieillards, femmes et bambins juchés sur des motocyclettes cheveux au vent, sans aucune protection. Oubliez le code de la route, fermez les yeux, détendez-vous et laissez-vous guider ! Finalement vous arriverez à bon port tout comme nous.

Après avoir empruntées des ruelles sinueuses, des galeries aux voûtes basses et des places encombrées nous découvrons enfin notre Riad, îlot de calme et de sérénité niché au milieu des habitations locales et de l’activité environnante. Au Riad Al Jazira, que nous avons choisi, nous sommes accueillies avec un thé à la menthe et nous visitons patio après patio la villa magnifique où nous aurons la chance de séjourner. Le must : la terrasse et sa tente berbère qui nous permet de contempler les étoiles et les toits de la ville.

photo de la terrasse de du riad al jazira

Ici nous occupons une chambre magistrale digne des contes des mille et une nuits et nous profitons d’un bassin rafraîchissant, d’un hammam et d’une salle de massage où nous seront prodigués des soins.

Marrakech pendant le ramadan

Après cette visite et notre installation nous nous rendons non loin de là dans le restaurant Dar Zellij du même propriétaire que notre Riad. Là nous entrons dans un autre monde, montons sur la terrasse pour un apéritif et assistons au premier appel à la prière. Dans la nuit silencieuse résonne la voix claire du muezzin à laquelle se joignent d’autres voix tout aussi mélodieuses … Les chants semblent se répondre et l’instant est magique ! Ainsi s’achève le premier jour de jeun.

Nous descendons ensuite vers une scène splendide. La salle ou nous allons dîner est tout simplement féerique et nous nous laissons bercer par un joueur de luth tandis que les plats, délicieux, se succèdent.

Marrakech pendant le ramadan

Soudain, surprise, une danseuse orientale vient pimenter la soirée ! Nous regagnons notre chambre des étoiles plein les yeux et le ventre plein.

Après une nuit paisible et un petit déjeuner de princesse au bord du bassin nous partons à la conquête de la ville ! Notre périple commence ! Il nous faut tout d’abord percer le secret des ruelles tortueuses qui entourent le Riad. Alors que nous faisions route vers la place Jamaâ El Fana nous sommes entraînées vers la rue Luxor dite des palais par un local désireux de nous faire partager sa connaissance de Marrakech. C’est ainsi que nous nous retrouvons à découvrir la fabrication de l’huile d’argan puis les différences entre tapis notamment berbères et arabes.

Marrakech pendant le ramadan

Après cet arrêt nous reprenons notre route vers la médina et accostons une calèche. Confortablement installées dans celle-ci nous allons au jardin de Majorelle.
Pendant que notre conducteur se repose en nous attendant, nous nous acquittons de la modique somme de 50 dirhams et pénétrons dans les merveilles de ce jardin mythique. Accompagnées par le chant des oiseaux et le parfum des fleurs nous parcourons les allers où poussent des plantes du monde entier. Aux abords d’un étang couvert de nénuphars nous surprenons une tortue se prélassant au soleil, plus loin se dresse le mémorial d’Yves Saint Laurent, célèbre créateur de mode qui fut propriétaire du jardin avec son compagnon Pierre Bergé.

Marrakech pendant le ramadan

Ressourcées, nous quittons ce havre de paix et regagnons ce que nous appelons désormais notre carrosse. La visite se poursuit entre palais, fontaines, jardins, remparts et autres symboles phares de la ville.
Nous rentrons ensuite au Riad pour un rendez-vous détente et soin. Au programme : hammam, savon noir, gommage et massage. Le résultat est immédiat : votre peau est toute douce et les odeurs de l’huile d’argan associées aux mains expertes de la masseuses vous amènent aux portes de la volupté. Pour prolonger ce moment de détente nous restons au bord du bassin à bouquiner tandis qu’on nous offre le traditionnel thé à la menthe. Paresseuses pour de bon nous décidons de rester au Riad pour dîner où nous savourons potage et tagine épicé. Nous achevons ensuite la soirée sous la tente berbère de la terrasse. Encore une fois nous écoutons le chant du muezzin qui retentit au-dessus des toits de la ville.

Tôt le lendemain matin nous partons en excursion pour les cascades d’Ouzoud, avec l’organisme « Bivouac sous les étoiles » qui propose de nombreuses excursions aux alentours de la médina.

Marrakech pendant le ramadan
Ce jour-là au programme : un peu de voiture, une rencontre avec des singes, une marche aux abords des cascades, et repas berbère succulent !

Marrakech pendant le ramadan

Pour finir cette journée en beauté nous rejoignons la population qui se presse sur la place Jamaâ El Fana pour rompre le jeun. Nous dînons sur une des nombreuses terrasses panoramiques qui bordent la place afin de contempler le spectacle qui se joue à nos pieds.

Marrakech pendant le ramadan

Pour notre dernier jour nous visitons le musée de l’art de vivre marocain. La visite est assez courte mais intéressante malgré tout.
Réalisant que ce voyage touche à sa fin nous entreprenons d’emporter avec nous une trace de cet art de vivre. Fascinées par les arabesques de la calligraphie arabe nous nous prêtons au jeu des touristes et nous laissons tatouer main et pied au henné. Attention il existe différents types de henné : plusieurs couleurs, pour plusieurs durées de tenue. Choisissez bien aussi l’artiste, favorisez quelqu’un parlant bien français pouvant vous expliquer son travail et la marche à suivre. Peaux sensibles et réactives s’abstenir : les hennés utilisés sont plus ou moins naturels.
A midi, nous déjeunons dans un café littéraire doté d’un patio plein de charme. De nouvelles saveurs sont au rendez-vous mais l’accueil reste impeccable. Puisque nous sommes dans la médina, nous soukons un peu et faisons un arrêt à la pâtisserie des princes pour faire le plein de douceur.

Ainsi après une dernière soirée à Marrakech, sur la place Jamaâ El Fana, nous sommes prêtes à rentrer la tête pleine de souvenir, relaxées, bronzées, douces et tatouées, et la valise chargée de délicieuses gourmandises !

Bilan : le ramadan n’empêche pas le tourisme bien qu’il rythme toute la vie de la ville. Vous aurez peut être parfois l’impression de déranger car le jeun rend irritable et impatient certains commerçants qui oublient alors de l’être. Cependant Marrakech, et ses environs, ne vous décevront pas !
Lancez-vous !

Laisser un commentaire

68 + = 70