Moscou, nouvelle ville-lumière

Après la chute de l’Empire soviétique, et plus encore depuis la fin des années Eltsine, la capitale russe s’est métamorphosée… Et colorée ! Finie l’image de grisaille, Moscou s’affiche comme une vitrine du luxe, aux joyaux religieux réhabilités, au Bolchoï rénové, et aux musées foisonnants. Escapade.

Première impression : Moscou est une cité tentaculaire. Près de deux heures sont parfois nécessaires pour rejoindre le centre de la capitale depuis l’aéroport. À mesure que nous nous approchons, les édifices du Moscou soviétique se détachent à l’horizon. Ce sont les « Sept Soeurs », ces gratte-ciels à l’architecture monumentale, typiques du gothique stalinien. L’un d’entre eux abrite désormais le luxueux Radisson Royal, ancien Hôtel Ukraine. De son sommet, le panorama sur Moscou donne le ton. Partout des néons, de la lumière, une city de buildings ultramodernes qui toise les coupoles des églises, des écrans géants sur le toit des immeubles qui diffusent des publicités criardes. Un air un peu désagréable de Las Vegas sur Moskova. Mais l’impression ne dure pas.

Il faut arpenter les rues, et Moscou se dévoile dans toute sa richesse. L’exubérante cathédrale Saint-Basile et ses bulbes multicolores sur la Place Rouge, les murailles du Kremlin et son périmètre de clochers, d’églises et de basiliques nous renvoient à l’image immuable de la ville. Le Kremlin est sans aucun doute le monument le plus mystérieux de cette capitale Russe.

Entrons y quelques instants et découvrons ses secrets…

 

Le Palais des Armures du Kremlin mérite une halte appuyée : il renferme un musée magnifique de trésors religieux, de trônes des tsars, et surtout une collection unique de carrosses. Moscou redécouvre d’ailleurs son riche passé orthodoxe, étouffé par le communisme. La visite du couvent de Novodievitchi, enserré derrière ses murailles fortifiées, semble être une plongée dans un conte russe du XVIe siècle : nous nous promenons au milieu des édifices conventuels et de jardins où flotte l’esprit du tsar Boris Godounov. Rencontre encore avec le tsar maudit, au Bolchoï cette fois, où se joue l’opéra éponyme de Moussorgski pour célébrer la fin des travaux de rénovation de ce théâtre mythique. Après six ans de fermeture, le bâtiment a retrouvé ses ors d’origine, a doublé sa superficie, et s’affiche comme un fleuron d’un nouveau Moscou aux airs de classicisme.

Plongée, littérale cette fois, dans le métro, le moyen le plus rapide pour se déplacer dans une ville embouteillée. Fierté des Moscovites, il est une ode de céramique et de mosaïques à la grandeur socialiste, et se découvre comme un musée. Mais les musées sont également en surface : à ne pas manquer, la galerie Tretiakov, qui protège la plus grande collection d’art russe au monde (icônes, objets de culte, peintures religieuses), et le Musée des Beaux Arts Pouchkine, et ses toiles de Botticelli à Delacroix, en passant par les impressionnistes. Et si c’est le shopping qui vous motive, Moscou n’offre que l’embarras du choix : des boutiques de la rue Arbat aux enseignes du Goum, le centre commercial historique, jusqu’au nouveau temple de la consommation du Manège, pas de doute, Moscou a bien changé !

Comment se déplacer dans Moscou ?

Laisser un commentaire

8 + 2 =