Où en êtes-vous avec votre audition ?

A l’occasion de la Journée Nationale de l’Audition, Temps Libre a choisi de consacrer un dossier spécial à la préservation de son capital auditif, une question essentielle qui nous concerne tous, quel que soit notre âge !

journee-femme-revendication-audition-humour-dessin

Baladeurs numériques à puissance maximale, musique trop forte lors de concerts, alarmes, travaux, voisins bruyants… Les nuisances sonores sont la première cause de nuisance dans la vie quotidienne des Français.

Il faut distinguer d’une part les bruits nocifs, élevés, et d’autre par les sons gênants, qui peuvent être faibles, mais non dangereux pour l’ouïe.

Ainsi, par exemple, le son léger –mais permanent- du climatiseur du voisin ou les bruits de la circulation à travers la vitre n’ont pas un impact direct sur l’audition mais, parce qu’ils sont récurrents, entraînent une fatigue nerveuse, des troubles psychologiques et du sommeil. D’autres sons, parce qu’ils sont très forts (au-delà de 85 dB), entrainent des problèmes auditifs : forte fatigue, sifflements, douleurs, acouphènes, écoulements… C’est le cas notamment de l’écoute prolongée et à puissance maximale des baladeurs numériques, de concerts, des lieux à proximité de grands axes routiers ou d’aéroports, de chantiers.

Les jeunes générations, particulièrement exposées

Baladeurs, discothèques, autoradios… Les jeunes sont aujourd’hui très exposés aux nuisances sonores. Une grande enquête menée pour la Journée Nationale de l’Audition auprès de personnes de 15 à 25 ans montre l’ampleur du phénomène  : 40 % des jeunes avouent avoir déjà ressenti des acouphènes suite à l’écoute prolongée de leur baladeur, dont 63 % des 18-25 ans. Les problèmes d’audition sont un phénomène de société, qui n’est désormais plus lié à l’âge ! “Cela est particulièrement inquiétant lorsque l’on sait que ces problèmes sont irréversibles et vont s’amplifier avec le vieillissement naturel de l’oreille”, explique Jacques Benzaquen, un audioprothésiste.

prothèse auditive : écouteurs

Pour éviter ces dégradations, respectez la règle des “60 % – 60 minutes”, qui consiste à écouter son baladeur durant une heure maximum, à puissance de six sur une échelle de dix. De même, l’écoute avec un casque est préférable aux écouteurs. Lors de concerts ou de manifestations bruyantes, pensez à utiliser des bouchons d’oreilles.

J’ai essayé : un test auditif chez un audioprothésiste

Le rendez-vous est pris chez Audika, un audioprothésiste qui me prévient dès que j’arrive : le test que nous allons faire ne se substitue en aucun cas à l’examen réalisé chez l’ORL, indispensable pour se voir prescrire un appareillage ! “Ce premier rendez-vous, d’une heure environ, permet surtout de discuter avec le client de ses attentes et de ses motivations. Par exemple, un mélomane a des exigences particulières. Dans tous les cas, les notions de qualité et de confort son indispensables”, explique t-il.

Le bilan consiste à faire un test en champ libre, avec des hauts parleurs, ou avec un casque, un exercice similaire à ce que réalise le médecin en consultation : des sons sont émis ; il suffit de dire lorsque l’on ne les entend plus. “Le médecin va fournir en plus un audiogramme, permettant de visualiser la capacité auditive de la personne. Ensuite, à partir de notre échange sur les habitudes de vie, je vais pouvoir faire un moulage de l’oreille pour établir un appareillage sur mesure”. Un examen rapide, gratuit et non contraignant. Pour moi, tout va bien pour le moment, mais je reviendrai faire un dépistage dans quelques années…

7 millions

C’est le nombre de Français vivant dans des zones exposées à des bruits excessifs, excédent 65 dB.

Sur le même thème :

http://www.tempslibremagazine.com/audition-quand-consulter/

http://www.tempslibremagazine.com/tu-mentends/

Laisser un commentaire

42 + = 44