Se remarier après 60 ans

Divorcés ou veufs, ils ont choisi de refaire leur vie. On ne se remarie pas à 75 ans ? Et bien, si ! Pour Temps Libre ils témoignent de leur nouvelle vie…

Suite à un divorce douloureux, Françoise jure de ne jamais se remarier. Elle s’investit alors au service de la communauté et du voisinage. Le fait d’être toujours occupée l’aide à occulter son passé et à regarder vers l’avenir. Ses propres enfants avaient l’habitude de la voir se rendre disponible à tout moment pour eux et pour leur famille. Alors quand Françoise, 72 ans, rencontre Paul “un bel homme de deux ans son aîné”, il lui faut du courage pour leur dire “désolée, je ne suis pas libre samedi, je vais au restaurant avec un ami”. Après plusieurs rendez-vous de ce genre, elle leur explique que même si elle aime être avec sa famille, elle a aussi une vie à elle. Aujourd’hui, Paul est tout à fait intégré à sa nouvelle belle-famille et le couple, très uni, projette de se marier cet été. Si on constate en France une forte augmentation des divorces chez les personnes de 60 ans et plus, sur les 10 dernières années, on note parallèlement que la presque totalité des seniors divorcés -hommes ou femmes- se remarient au bout de quelques temps*2.

Les 70-75 ans, une nouvelle génération

Pour Brigitte Camdessus, psychologue et thérapeute familial, “on assiste à la naissance d’une nouvelle génération qui n’existait pas il y a encore 20 ans. Ceci est le résultat de l’allongement de la durée de la vie. Ce qu’il faut comprendre, c’est qu’à 70 ou même 75 ans, on est certes plus des jeunes retraités mais on n’est pas encore dépendant, souligne Brigitte Camdessus. Cette génération-là bénéficie en quelques sortes d’une troisième vie avec tout ce qu’elle comporte, tel l’amour et/ou la vie à deux.”

Autre fait marquant : si comme Françoise les femmes se remarient aussi, “les hommes sont beaucoup plus nombreux qu’elles à le faire et ce d’autant que l’on avance en âge”, ajoute Brigitte Camdessus. Une thèse vérifiée puisque, selon une étude menée dans 9 pays européens, entre 75 et 79 ans, 3 hommes sur 4 vivent en couple contre seulement une femme sur trois.“La première raison c’est que les femmes vivent, en moyenne, plus longtemps que les hommes. Elles ont donc plus de chance de se retrouver veuves. Ensuite, plus que les femmes, les hommes arrivent plus difficilement à vivre seuls”.

“On fait tout ensemble”

A 75 ans, Guy est veuf depuis 4 ans, et vient de se remettre en couple… Avec sa voisine ! “Je vivais mal la solitude. Prendre seul son café le matin, aller au restaurant tout seul, ce n’est pas marrant, confie-t-il.” Un jour, où il organise une réunion syndicale chez lui, il rencontre Jeanne, une voisine qu’il ne connaissait pas. Le coup de foudre ? “Non, mais petit à petit, nous nous sommes rapprochés, et aujourd’hui on vit ensemble, on mange ensemble, on part en vacances ensemble. Bref, on fait tout ensemble”, s’amuse-t-il. Si ces deux tourtereaux n’envisagent pas de se remarier, d’autres ont déjà sauté le pas.

“Respectez mes choix”

Si le remariage de nos aînés est aujourd’hui admis (des vedettes comme Johnny Hallyday ou encore Yves Montand l’ont fait) et plutôt bien perçu (on est rassurés, quelqu’un est là pour s’occuper d’eux). Ce n’est pourtant pas toujours le cas, comme en témoigne l’histoire de Jean. Divorcé depuis de longs mois, il rencontre un jour une jeune femme. Quelques temps plus tard, il la demande en mariage. Mais lorsqu’il annonce son nouveau bonheur à son fils, Antoine, 42 ans, celui-ci est consterné. Il marmonne un faible “félicitations papa”, mais explose devant son ami Pierre. “Pourquoi papa ne m’a-t-il pas demandé ce que j’en pensais ? Christiane est très bien, mais il y a seulement deux ans que maman et lui sont séparés. Je sais que les gens se remarient mais papa va sur ses soixante-dix ans !” Dans ce cas, il convient pour les “jeunes mariés” de défendre leur “droit de choisir”, prévient la psychologue. Ne pas le faire c’est perdre le contrôle et bien souvent le respect de soi-même.

“J’ai une vie bien à moi”

Pour Brigitte Camdessus, le mieux est évidemment d’en parler avec ses enfants avant de prendre sa décision. De leur expliquer qu’à 60 ou même 70 ans, on a encore 20 ou 30 ans devant soi et qu’il est tout à fait légitime de vouloir refaire sa vie avec quelqu’un d’autre ; que comme eux vous avez une vie bien à vous et que vous souhaitez la vivre comme vous l’entendez. C’est aux enfants d’accepter de changer de point de vue et de comprendre que, comme vous l’avez fait pour eux, ils doivent respecter votre choix de vie. Quoiqu’on en pense, il n’y a pas d’âge pour s’aimer ni pour se remarier. N’en déplaise à ceux qui ne veulent voir en ces mamies et papys que des grands-mères ou des grands-pères, et qui trouvent décalées leur jeunesse d’esprit et leur envie de “garder la forme”. Qu’ils sachent, comme le chantait Tino, que “la vie commence à 60 ans” et après…

*D’après une étude menée par l’Institut National d’Etudes Démographiques (Ined). – *2 D’après une étude américaine de l’AARP, puissant lobby américain pour la défense des personnes âgées.

Parce que quelque soit notre âge, le mariage peut ressembler à ça …
La vision d’Anne Roumanoff :

Laisser un commentaire

21 + = 23