Tu m’entends ?

Comme 9 millions de Français, vous souffrez peut-être de troubles de l’audition. Mais pas de panique ! L’essentiel est de prendre le problème à temps.

Divers stock

Dans les grandes villes, les personnes sont quotidiennement exposées à un niveau de bruit souvent supérieur à 65 décibels (le seuil de risque de perte auditive se situant à 85 dB), essentiellement généré par les automobiles et les transports. Un brouhaha quotidien qui a de quoi casser les oreilles. “Surtout quand on sait qu’à long terme on a plus de chances de subir une presbyacousie, (déficience auditive qui arrive avec l’âge, l’équivalent pour les oreilles de la presbytie) que des personnes vivant dans un environnement plus calme”, explique Alice Debonnet-Lambert, directrice du CIDB (Centre d’information et de documentation sur le bruit). Pourtant, la perte auditive n’est pas une fatalité, d’autant que nous sommes tous inégaux devant cette maladie. Il y a des musiciens, qui n’auront rien à 70 ans, alors qu’un jeune sera touché en allant pour la première fois à un concert”, ajoute la spécialiste.

Presbyacousie : les signes qui ne trompent pas

Premier symptôme, on ne perçoit plus les fréquences au-dessus de 4 000hz (voix de femmes, cris d’enfants, chants des oiseaux ou encore bruits de ciseaux). Signe aggravant, le système auditif a de plus en plus de mal à percevoir les syllabes sifflées. Ainsi, au lieu d’entendre “bicyclette”, on aura tendance à entendre “Biclette”. De même, à un concert, il sera difficile de percevoir le son du violon ou dans un restaurant de suivre une conversation. Dès lors, il est capital d’aller consulter. Mais le mieux est encore de préserver au maximum son capital auditif.

Les bons réflexes à adopter

- Conseil numéro 1 : A partir de 50 ans, effectuez, en plus du bilan de santé annuel, un test auditif. Plus le problème est pris à temps, mieux il sera résolu.

- Conseil numéro 2 : Allez contre les préjugés. “La surdité est un handicap dont on se moque beaucoup. Pourtant, les prothèses actuellement sur le marché sont discrètes et très performantes. De plus, on s’y habitue rapidement”, affirme Alice Debonnet-Lambert.

- Conseil numéro 3 : ménagez vos oreilles en fréquentant les endroits bruyants avec modération. “Quand on va à un concert dans une grande salle, il faut toujours avoir une paire de bouchons d’oreilles dans la poche.” C’est aussi valable pour les virées en moto, la chasse, ou lorsqu’on utilise des engins bruyants. Enfin, n’ hésitez pas à faire des pauses (silencieuses).

A bon entendeur…

Sur le même thème :

http://www.tempslibremagazine.com/ou-en-etes-vous-avec-votre-audition/

http://www.tempslibremagazine.com/audition-quand-consulter/

Laisser un commentaire

+ 26 = 28