Week-end off à Roscoff, au Britanny & Spa Relais et Châteaux

ROSCOFF a le charme de la Bretagne authentique et sauvage. L’hôtel Britanny & Spa, manoir du XII ème siècle, est le refuge idéal pour un week-end off. A 15 minutes, l’île de Batz, c’est bath ! 

Par Corine Moriou  

Ancienne cité corsaire, d’où les Johnnies partaient vendre en Cornouailles leurs oignons rosés, Roscoff a du caractère. Belle et rebelle, la station balnéaire attire les amoureux de la Bretagne traditionnelle, authentique et sauvage. Philippe Gloaguen, le patron des guides du Routard, collectionneur d’ambiances, adore ce bout de terre rustique qui a vu défiler contrebandiers et négociants. Situé dans le Finistère nord, Roscoff est le plus british des ports bretons. On y croise des Anglais un peu palots ou rouge écrevisse, mais souriants, heureux de flâner dans les ruelles bordées de maisons d’armateurs aux façades de granit, joliment fleuries. Rien d’étonnant puisque la compagnie Britanny Ferries, créée à l’origine pour exporter les choux fleurs, dessert aujourd’hui Plymouth et Cork. Plus de 700 000 passagers transitent tous les ans par cette petite ville de 3 800 habitants (11 200 en période estivale) qui a tout d’une grande (ville) au pays du Léon. Léon ? Un prénom désuet pour une ville d’avant-garde, finalement assez méconnue. Déployant ses activités dans la recherche, le commerce et l’innovation, Roscoff attire bien des talents et cultive un esprit cosmopolite. Avec le plus important champ d’algues d’Europe (700 espèces), sa station biologique rattachée au CNRS et à l’Université de Paris VI emploie plus de 300 personnes. Chercheurs, étudiants, professeurs – la plupart amateurs de sports nautiques et de compétitions de voile – apprécient de vivre au bord de la mer. Toute l’année, il y a de l’ambiance dans cette ville mouchoir de poche ! Le saviez-vous ? La thalassothérapie est née à Roscoff en 1899, sous la houlette du Docteur Louis Bagot, médecin de Marine, passionné de climatologie. On y vient  pour respirer le bon air marin et faire une cure de thalasso. Cette station balnéaire bénéficie de la douceur apportée par le Gulf Stream et les plus frileux n’hésitent pas à se baigner. Le panorama  sur l’Ile de Batz, la baie de Morlaix et la presqu’île de Perharidy est époustouflant de beauté. A vos chaussures de randonnées pour parcourir le littoral aux côtes dentelées ! Cela vaut bien le chemin de Saint-Jacques de Compostelle.

Un manoir du XVII ème face à l’île de Batz


Séjourner au Britanny est un privilège. En posant sa valise dans ce manoir du XVII ème siècle, on entre dans l’histoire d’une famille. « Pierre par pierre, cette demeure a été déménagée de la Bretagne sud jusqu’à Roscoff par ma famille, en 1974 », explique Patricia Chapalain, la propriétaire de cet hôtel quatre étoiles. Un destin programmé ? Le manoir a quitté le lieu-dit Sainte-Barbe dans le Morbihan pour connaître une seconde vie sur la presqu’île de Sainte-Barbe dans le Finistère nord où domine la chapelle éponyme, face à l’île de Batz. Vieilles pierres de granit, poutres séculaires, cheminées monumentales, escaliers en chêne donnent au manoir toutes ses lettres de noblesse. Plus qu’un manoir, on a l’impression de vivre dans un château au bord de la mer ! De la grande terrasse, on jette un coup d’œil aux baigneurs de la petite plage familiale aux pieds de l’hôtel. Un Anglais qui sillonne la Bretagne à vélo nous demande de le prendre en photo. Clic clac, l’instant présent est mémorisé dans son I Phone. « Thank’s. Have a nice day ». Estampillé Relais & Châteaux, Le Britanny fonctionne dans un esprit « boutique-hôtel » avec un personnel très attentionné, aux petits soins pour les clients qui apprécient le calme, la courtoisie, la convivialité. Bref, les « 3C » de la réussite de week-ends (ou de séjours plus longs) sur la côte Finistérienne. Situé à 10 minutes de marche du port, l’hôtel est à l’écart de l’agitation estivale. Si quelques célébrités de la politique ou du cinéma y séjournent parfois, la confidentialité est respectée, la discrétion assurée. Les paparazzi n’imaginent pas s’aventurer jusqu’à Roscoff… l’antithèse de Saint-Tropez. On ne vient pas dans cette station balnéaire pour fréquenter des lieux et des gens bling bling, mais pour y respirer l’air vivifiant, donner à ses enfants de vraies valeurs, comme la voile, la pêche, la randonnée…

Une cuisine étoilée aux accents iodés

On aime prendre l’apéritif dans le bar « so british » de l’hôtel, s’attarder dans les grands fauteuils, évoquer la personnalité des navigateurs bretons. Les spécialités culinaires sont aussi au coeur des conversations. Loïc Le Bail, le chef étoilé de l’établissement, a un talent envié des tables alentours. Il a pris la tête du restaurant du Britanny en 1990, à l’âge de 23 ans. Ce Breton, originaire de Quimperlé, a carte blanche. Il conçoit une cuisine originale aux accents iodés. No stress ! Depuis 11 ans, son étoile est reconduite par le guide Michelin. De notre table, près de la cheminée du XVII ème siècle, on aperçoit la baie de Roscoff et l’île de Batz. Le coucher de soleil rougeoyant ajoute une touche magique à ce dîner composé exclusivement de produits de la mer et du terroir sélectionnés par le chef. L’artichaut de Léon est sublimé par le foie gras, le tourteau de Roscoff est rehaussé par le céleri et les pommes vertes, le sorbet abricot verveine fond dans la bouche avec le croquant aux fraises « mara des bois ». Tous ces mets sont accompagnés de vins de producteurs de la région que l’on a plaisir à découvrir et de grands crus dignes d’un Relais & Chateaux.

Chambres avec terrasse panoramique et vue sur la baie

Au Britanny, il y a plusieurs styles de chambres : de la chambre « cabine de bain » pour des couples qui disposent d’un petit budget à la chambre supérieure « manoir » pour un séjour confortable « senior ». Dans la famille Chapalain, on aime relever les défis ! Trois générations plus tard, Le Britanny a ouvert ses fenêtres sur l’Ile de Batz. « Nous avons fait un investissement important pour construire une aile contemporaine de 1 000 m2 et créer 11 nouvelles suites qui offrent de larges terrasses et des jardins sur la mer. Elles sont décorées avec du mobilier chiné en Bretagne et des meubles contemporains aux lignes épurées », détaille Jean-Marie Chapalain, le fils de Patricia, qui a pris les commandes du Britanny. Ce passionné de voile a mis le cap sur une hôtellerie de luxe, à la fois rajeunie et simple dans son mode d’emploi.

Sainte-Barbe veille sur les nuits des hôtes du Britanny

La nouvelle touche « tendance » a aussitôt séduit les Parisiens qui aiment garder un pied dans la tradition tout en bénéficiant des derniers équipements high-tech avec en toile de fond la mer… le plus beau tableau. Des patrons de start-up s’offrent un week-end off dès le jeudi soir, le voyage en TGV n’étant plus qu’à 3 heures pour Morlaix (au lieu de 4 heures auparavant), gare d’arrivée d’où l’on se rend à Roscoff en voiture en une grosse demi-heure. Une mention spéciale pour la chambre 14 qui a une terrasse privative avec vue panoramique, à la fois sur la baie et la chapelle Sainte-Barbe, l’un des lieux les plus visités de la côte. On aime rappeler que les Johnnies (Jean – les petits gens – prénom breton répandu devenant John en anglais) quittaient Roscoff pour aller vendre leurs récoltes d’oignons Outre-Manche. C’était une question de survie pour nourrir leurs familles. Avant de prendre la mer, ils ne manquaient jamais de saluer la Sainte-Barbe en hissant trois fois le drapeau de leur bateau. Aujourd’hui, la chapelle est souvent fermée à double tour, il est inutile d’espérer y faire bruler un cierge. Toutefois, Sainte-Barbe veille sur les nuits des hôtes du Britanny et des habitants de Roscoff.

Plongée revitalisante en mer d’Iroise

En fin de journée, on profite de la piscine et du hammam du Britanny. Un peu comme si l’on était chez soi, car l’espace aquatique est peu fréquenté en comparaison des thalasso. Plongée revitalisante en mer d’Iroise : c’est le soin que l’on a choisi au Spa. D’ores et déjà, on flotte dans une ambiance zen. On s’abandonne aux mains expertes de Flora, souriante et douce, pour vivre deux heures d’immersion marine. Au programme :  un gommage aux sels marins, un enveloppement aux algues, un massage relaxant avec une huile aux algues et à la criste marine (fenouil marin), et enfin, l’application d’un gel glaçon jambes légères au menthol, camphre et fucus. « Nous nous sommes associés à Thalion, un créateur de cosmétique marine basé à Plouguerneau, car nous tenions à valoriser une marque de notre région, précise Patricia Chapalain. Cela fait partie de notre philosophie : travailler avec des producteurs locaux quelque soit le domaine. Les algues qui composent les produits Thalion sont sélectionnées et récoltées sur nos côtes. Elles sont riches en sels minéraux, oligoéléments, vitamines et acides aminés. Tout cela favorise la bonne santé, le bien-être et la beauté ! »

Batz, c’est bath !

Paysage de landes, de dunes et de chaos granitique. Cap sur l’île de Batz à un mille nautique. C’est une ballade facile, incontournable lorsque l’on séjourne à Roscoff. L’île de Batz vous tend les bras et vous invite à un exil provisoire. Gérard Larcher, le Président du sénat, vient régulièrement se reposer à Batz dans une maison de famille. « Il aime pêcher », nous confie l’un de ses proches. Au port de plaisance, situé derrière le Britanny, on embarque sur un bateau moteur. La traversée est calme, mais en dépit d’un soleil radieux, un ciré de marin n’est pas de refus ! Quinze minutes plus tard, nous arrivons sur ce caillou de 3,2 km2 auréolé de la légende de Pol Aurélien, un moine évangélisateur gallois, qui tua, au VI ème siècle, le dragon qui terrorisait les habitants. Les voitures … et même les vélos électriques sont interdits sur cette île forte de 570 âmes. Les Batziens vivent de la pêche, de la culture des primeurs et du tourisme. On loue volontiers une bicyclette pour découvrir le coin en quelques coups de pédale. Une île évoque toujours les Tropiques. Batz, bien qu’appartenant aux îles du Ponant, ne fait pas exception. Des plantes subtropicales – cactus, palmiers, cultures de cacahuètes – prospèrent en abondance. Le micro climat, généré par l’effet du Gulf Stream, permet de faire pousser 2 500 espèces de plantes exotiques en provenance de cinq continents. Le jardin, du nom de son fondateur Georges Delaselle, se visite seul ou avec un guide-jardinier. Dans ce petit coin de paradis, de nombreuses plantes en voie d’extinction dans leurs pays, ont été préservées. Batz, c’est beau, c’est écolo. Batz, c’est bath !

CARNET d’ADRESSES

Chez Janie, Sur le port de Roscoff, cette institution propose des plateaux de fruits de mer composés en fonction des arrivages du jour. Une maison sérieuse ! De manière inventive, on y cuisine les algues de la région. Un festin de sirène, cela ne se refuse pas…Réservation conseillée. Tel : + 33 (0) 2 98 61 24 25

Algoplus La conserverie artisanale de Roscoff fête ses 25 ans. Algoplus est le lieu à visiter impérativement pour plonger dans la Bretagne authentique sublimée par deux passionnés. « Tout a démarré en regardant un reportage de Thalasso qui nous a donné l’envie de changer de vie. Adieu la Normandie, vive la Bretagne. Nous avons lancé notre activité à partir de zéro, récoltant, sélectionnant et cuisinant des mets à base d’algues à partir de nos recettes », raconte Monique Poulet, la dirigeante de l’entreprise roscovite de 25 personnes. Au port, une boutique permet de remplir son panier de bisque de langoustines aux algues, de tartare au homard, de rillettes de dorade grise … de cosmétiques marins et autres spécialités étonnantes. Quatre fois par jour, on peut visiter la conserverie (dans la zone d’activité du port du Bloscon) et découvrir la passionnante histoire des algues. Monique, fait déguster à ses hôtes ses dernières créations et les commente avec enthousiasme. On y prend goût et, à défaut de trouver ces produits rares dans les épiceries fines de sa ville, on peut faire ses achats en ligne sur le site d’Algoplus. Tél : + 33 (0) 2 98 61 14 14

Larnicol Georges Larnicol, meilleur ouvrier de France, se taille un franc succès avec les biscuits bretons Kouign-Amann. En version mini et déclinés en de nombreux parfums, ils sont vendus sous le nom plus aguicheur et sympathique de Kouignettes.

Pâtisserie Guyader Guyader garde le secret de ses recettes de galettes au beurre salé et de ses chocolats qui font sa renommée. Le salon de thé, à la décoration cosy et bretonnante, est une halte agréable après le shopping. Tél : + 33 (0) 2 98 69 71 93

Mistinguette Ce concept store, à la fois romantique et branché, propose des vêtements féminins, des accessoires de mode, des cousins et des tapis pour la maison. Gaëlle Cholet, la créatrice de Mistinguette, ex-modéliste parisienne dans la lingerie haute couture, aime faire découvrir à ses clientes les marques de créateurs Ba&sh, Jérôme Dreyfus, Bellarose, Diega. Tél : + 33 (0) 2 98 19 67 18

Galerie Pêcheur d’images  a été conçu par Philip Plisson, un grand photographe qui raconte, en images, la Bretagne qu’il aime. Ici, on trouve de très belles photos du littoral breton, de ses ports de pêche, de ses phares dans la tempête, de ses sauveteurs en mer… La galerie expose des posters photo, des tirages d’art, des toiles de Philip et Guillaume Plisson. Cela a de l’allure dans une maison de vacances ! Tél : + 33 (0) 2 98 69 76 72

Sur l’île de Batz, La Cassonade  a une terrasse plein sud avec vue imprenable sur le port. On y déguste des crêpes à la farine bio, des moules et frites. Le Kig ha farz (sorte de pot-au-feu breton) est servi uniquement sur commande. Tél : + 33 (0) 2 98 61 75 25

Le Britanny & Spa Relais et Châteaux On peut réserver une chambre à partir de 119 euros et l’une des nouvelles suites contemporaines avec vue mer et jardin privatif à partir de 450 euros. Le restaurant étoilé Michelin est très prisé le soir. Mieux vaut faire une réservation. Un bar, une piscine et un Spa agrémentent le séjour. Tél : + 33 (0) 2 98 43 21 50

LES INCONTOURNABLES A ROSCOFF

Le vieux port et l’estacade, jetée piétonne pour l’embarquement à l’île de Batz.

Les ruelles du centre ville, leurs commerces, la maison de Marie Stuart.

L’Eglise Notre Dame de Croas-Batz, son clocher renaissance ciselé dans le granit.

La chapelle Sainte-Barbe et son point de vue sur la baie.

Le port de pêche du Bloscon et les Viviers de Roscoff.

Le jardin exotique & botanique, près du port de plaisance, rassemblant de nombreuses espèces de plantes subtropicales.

La maison des Johnnies et la fête de l’oignon tous les ans, fin août.

Laisser un commentaire

+ 67 = 69