Fugue romantique à Salzbourg

Salzbourg ressemble à un décor d’opérette avec les montagnes du Tyrol pour horizon. Au détour de chaque rue, Mozart vous accompagne pour une découverte enchantée. La ville aux cent clochers, est désormais accessible à 1H30 de Paris avec la compagnie Eurowings.

 Par Corine Moriou 

                                            Le mythique hôtel Sacher à Salzbourg

La bouille emperruquée de Mozart vous salue. Bienvenue à l’aéroport Wolfgang Amadeus Mozart. Vous voilà sous le charme de cette cité baroque aux accents italiens qui fait son festival toute l’année. Quatrième ville d’Autriche, mais deuxième en notoriété derrière Vienne, Salzbourg attire les mélomanes … et aussi les amateurs d’une escapade paisible en dehors de la saison lyrique de l’été. Vous avez pris la précaution de réserver votre chambre à L’Hôtel Sacher. Il est romantique d’y accéder par le Makartsteg, le pont où les amoureux ont accroché un cadenas aux grilles et jeté la clé dans la Salzach. Cet hôtel mythique, fréquenté par les personnalités politiques et les stars, vient de fêter ses 150 ans. Une douce lumière traverse la salle ovale du restaurant qui donne sur la rive, tandis que le soir on peut dîner au restaurant Zirbelzimmer,  une invitation à déguster du gibier. A défaut de séjourner dans ce cinq étoiles, on peut fréquenter le Café Sacher et l’on commandera immanquablement la Sacher Torte, le célèbre gâteau fourré de confiture d’abricot nappé de chocolat glacé.

 

         La forteresse d’Hohensalzbourg, le plus grand château fort d’Europe centrale

Salzbourg tient son nom du sel (salz) et de château (burg), sur lequel elle a bâtit sa fortune. Ce qui la rend attachante, c’est son passé contrasté. L’an dernier, cette cité de 150 000 habitants, a fêté ses 200 ans d’appartenance à l’Autriche. Seulement 200 ans… Auparavant, elle était rattachée au Saint Empire romain germanique… notamment à l’époque de Mozart ! Sa gloire historique, culturelle et musicale en fait l’une des destinations de week end préférées en Europe. Nous vous conseillons de partir à pied à la découverte de celle que l’on surnomme la Rome du Nord. Sous la neige, Salzbourg ressemble à un décor d’opérette avec les montagnes du Tyrol pour horizon. Elle est dominée par la Forteresse d’Hohensalzburg. C’est le plus grand château fort d’Europe centrale ! Plutôt qu’emprunter le chemin escarpé et verglacé, prenez le « vieux » funiculaire du 19 ème siècle qui vous dépose au sommet de la colline en un temps vertigineux. Après avoir admiré le panorama – identifié le Nid d’Aigle, le célèbre refuge d’Hitler en Bavière – visitez les différents musées dont les appartements des Princes Archevêques de l’époque baroque et redescendez vers la place de la cathédrale Saint Rupert. Là où Mozart fut baptisé. A deux pas, le Café Tomaselli, une adresse qui n’a rien à envier aux célèbres cafés Viennois, vous invite à faire une pause. Vous poussez la porte de cette institution. Le serveur, vêtu d’un smoking et d’un élégant nœud papillon, vous sourit. Tout y est : le café servi sur un plateau en argent, le petit pot de lait, le verre d’eau. La dame aux gâteaux s’étonne qu’à 11 heures du matin vous ne soyez pas intéressé par une petite douceur. Les habitués s’apostrophent, refont le monde, s’échangent les journaux présentés sur les fameux tourniquets en bois. Pas de doute, c’est le rendez-vous de l’intelligentsia salzbourgeoise. Et l’on se prend à imaginer le chef d’orchestre Herbert von Karajan, natif de Salzbourg, ou l’écrivain Stefan Zweig qui y vécut, installés dans l’un des salons, devisant avec leurs contemporains.

                                                             

Mozart, à tous les coins de rue, fait le bonheur des commerçants

La grande star de Salzbourg, c’est d’abord une rue ! Une rue unique en son genre. La Getreidegasse, la « rue des enseignes », a un charme fou. Des motifs ornementaux en fer forgé, style Renaissance, indiquent la diversité des échoppes. Un salon de coiffure Figaro, un Eduscho Kaffee, un serrurier, un barbier, un restaurant chinois… Même McDonald’s et Zara se prêtent au jeu de cette signalétique joliment travaillée. De ruelles en passages et balades le long de la Salzach, il est vraiment difficile de se perdre à Salzbourg, une ville à dimension humaine. Amateur de musique classique … ou pas, vous êtes forcément impatient de visiter la maison où Mozart naquit le 27 janvier 1756. On la remarque aisément avec sa jolie façade ocre au 9 Getreidegasse. L’appartement de la famille – un modeste trois pièces – est aujourd’hui un musée. Parmi les objets exposés, on découvre du mobilier d’époque, le violon d’enfant de Mozart, son clavicorde, un piano-forte, des partitions originales, des mèches de cheveux… Des portraits du petit Wolfgang le figurent dissimulant une ou deux mains. « La réalisation auprès du peintre coûtait ainsi moins cher, car les mains sont délicates à peindre », nous explique Pierre Montahaye, un guide français exilé à Salzbourg, grand admirateur de Mozart. Nous en profitons pour lui demander de nous chanter un extrait des Noces de Figaro. Car si Pierre Montahaye nous commente avec d’amusantes anecdotes l’histoire de Salzbourg, il sait aussi chanter. Son répertoire est vaste ! Qui n’aime pas la musique à Salzbourg ? Qui ne rêve pas d’avoir un enfant prodige ? La musique est omniprésente dans chaque famille, à chaque coin de rue, y compris en dehors du très prestigieux festival d’été de Salzbourg, du festival de Pâques, du festival de Pentecôte et du festival de jazz. Plus qu’un ressort commercial et touristique, la musique est dans le coeur des Salzbourgeois… même si Mozart, lui, avait tendance à bouder cette ville provinciale qu’il délaissera pour Vienne.

calèches
                          Des balades en calèche au départ de la Place du Dôme

On ne résiste pas à une balade en calèche que l’on trouve aisément dans le quartier du Dôme. Sur Markartplatz, une autre maison « Mozart » se visite, celle où l’enfant du pays vécut avec son épouse Constance et ses enfants avant de s’établir à Vienne. La Comédie du Bonheur, vous connaissez ? Vous serez amusé de voir des Chinois et Américains se prendre en photo dans les jardins du Château Mirabell. Des scènes de cette comédie musicale des années 60 y ont été tournées. Pas moins de cinq milliards de spectateurs dans le monde… derrière Autant en emporte le vent. A chacun ses préférences culturelles

Direction le Musée d’art moderne Mönschsberg et son restaurant m32. Une bonne adresse « tendance », avec vue panoramique sur la ville, qui mérite d’être soulignée, car les lieux branchés sont assez peu nombreux. Comme si le temps s’était arrêté à Salzbourg sans complexe vis-à-vis des nouveautés et extravagances des grandes capitales européennes. Ne manquez pas de commander en début de repas le Salburger Nockerl, un soufflé servi sur un lit de fruits rouges qui représente les trois principaux monts de la ville. Les Mozartkugel, des boules de chocolat au coeur en pâte d’amande praliné et pistache, font aussi partie des incontournables. Vous l’avez compris, Salzbourg est une destination où il ne faut pas songer à un régime. Les bonnes résolutions se prendront au retour.

                              Des amoureux sur les bords du lac Wolfgang

Un séjour romantique à Salzbourg ne peut se concevoir sans visiter les environs de Salzbourg, le Salzkammergut, la célèbre région des lacs, qui est à une grosse demi-heure de la ville. Point d’agitation frénétique de station de sport d’hiver, mais une atmosphère charmante et paisible dans les villages de Fuschl, Ebeanu, Koppl, Saint Gilgen, Saint Wolfgang… Sur les bords du lac Wolfgang, vous pourrez séjourner à L’hôtel du Cheval Blanc qui porte le nom d’une opérette éponyme. Le Weisses Rössel Hôtel est une maison de tradition mondialement renommée qui dispose d’une navette privée pour s’y rendre depuis l’aéroport de Salzbourg. On prend plaisir à plonger dans la piscine chauffée extérieure, avec vue sur les Alpes, à se prélasser au Spa, puis à déguster un grand cru grâce à une cave hors du commun. Sur votre route, à Bad Ischl, vous aurez une pensée émue pour un couple célèbre. C’est ici que le regard de François-Joseph de Habsbourg a croisé celui d’Elisabeth de Wittelsbach dite Sissi qui n’a alors que 15 ans. Il devait épouser sa sœur Hélène… On connaît la suite de l’histoire avec un grand H. Vous pouvez visiter La Villa Impériale de Bad Ischl, donnée en cadeau de noces aux jeunes mariés par la mère de L’Empereur. C’est dans cette résidence que François-Joseph signa la déclaration de guerre à la Serbie, le 28 juin 1914. Une ballade en traîneau tiré par des chevaux vous amène jusqu’à la distillerie Primushäusl où l’on déguste quelques alcools forts pour se réchauffer. Après un dîner au Brunnwirt, un restaurant qui a 600 ans d’âge, vous êtes définitivement conquis par la simplicité des habitants. Pas besoin de longs discours, en les voyant vivre, ils vous ont offert une leçon de sagesse, le temps d’un week end.

NOTRE CARNET D’ADRESSES

EuroWings

Paris Salzbourg 1H30, en vol direct au départ de Charles de Gaulle, à partir de 29,90 euros l’aller simple. www.eurowings.com

L’Office de Tourisme autrichien. www.austria.info

L’Office de Tourisme de Salzbourg. www.salzburg.info.

L’Office de Tourisme du Pays de Salzbourg. www.salzburgerland.com

Hôtel Sacher. www.sacher.com

Hôtel Mirabellplatz. www.hotelammirabellplatz-salzburg.com

Hôtel Le Cheval Blanc. www.weissesroessl.at/

Distillerie Primushäusl. www.primushaeusl.at

Restaurant Brunnwirt www.brunnwirt.at

Restaurant « m32 » au Musée d’art moderne Mönchsberg. www.m32.at

Pierre Monthaye, guide français, 0043(0) 664/2541974. austroguide@aon.at

La Salzburg Card permet d’entrer dans les musées et d’utiliser gratuitement le funiculaire de la forteresse, le téléphérique de l’Untersberg, le bateau sur la Salzach et les moyens de transport publics. En outre, il est proposé des réductions sur les concerts, représentations théâtrales ou excursions aux environs de la ville. 24 h/24 euros, 48h/48 euros…

 

 

Partager cet article     

Laisser un commentaire

+ 76 = 84