Gérard Holtz, le journaliste comédien

Nous avons eu l’occasion de rencontrer Gérard Holtz mi-juin 2012. Voici son interview !

Il a fêté le 2 juin 2012 ses 40 ans de carrière, mais à 64 ans, Gérard Holtz croque la vie avec un un plaisir intact. À l’occasion du Tour de France, le journaliste sportif revêt l’habit d’Argan dans « Le malade imaginaire » de Molière pour jouer sur les étapes du Tour.

Voici pour vous, un court extrait de la pièce :

C’est à Versailles, dans le décor somptueux du théâtre Montansier — le plus ancien de France ! — que nous nous rencontrons, à l’occasion d’une répétition de la pièce en costume. Spontané et engagé, il nous parle de son amour de toujours pour le théâtre.

Comment est née cette passion ?

J’ai eu un véritable coup de foudre à 16 ans, en allant voir « Songe d’une nuit d’été » de Shakespeare à la Comédie Française. De ma place tout au fond de la salle, j’ai eu une véritable révélation : j’ai su que le théâtre allait tenir une place importante dans ma vie.

Il y a quelques années, vous avez sauté le pas pour monter sur les planches…

J’ai eu la chance de faire mes premiers pas au festival de Sarlat grâce à mon ami Patrice Laffont (ndlr : le parrain de son fils Antoine) puis, il y a quatre ans, lors de la représentation d’ »Un fil à la patte » avec tous les animateurs de France 2. Cela a été comme une piqûre de rappel. J’ai ensuite rencontré Jean-Daniel Laval, le directeur du théâtre Montansier grâce à qui j’ai pu faire mes gammes.

Pourquoi avoir voulu créer un spectacle pour le Tour de France ?

Pour moi qui suis fou de théâtre, il est très important de communiquer sur cette passion, mais aussi de rendre cet art plus populaire. Grâce au mécénat d’Optic 2000, nous donnons des représentations gratuites donc accessibles à tous.

Et pourquoi avoir choisi Molière ?

Ses pièces sont très abordables et universelles, de 7 à 77 ans !

L’amour du théâtre se transmet aussi de génération en génération : votre fils Antoine vous donne la réplique…

Oui, et c’est une grande fierté. Il vient de finir le cour Florent. Nous sommes très proches et c’est une merveille de vivre cela ensemble.

Vous avez fêté le 2 juin vos 40 ans de carrière.

Oui, ma femme m’avait organisé une fête surprise avec mes proches pour l’occasion !

Quels sont vos meilleurs souvenirs ?

La création du Téléthon avec Claude Sérillon, en 1987. C’est cela qui m’a fait rester sur le service public. Et puis présenter le journal télévisé de 20h, ça aussi c’était extra ! Et depuis 26 ans, au service des sports, je couvre de grands événements alors c’est bien sûr toujours très fort. D’ailleurs, tout à l’heure, après la répétition, je vais au Mans pour les 24h !

Vous allez aussi couvrir cet été les Jeux Olympiques et bien sûr le Tour de France : comment faites-vous pour avoir tant d’énergie ?

Je suis dopé au bonheur ! Vous savez, dans ma famille, nous n’étions pas riche du tout et je suis encore conscient de la chance que j’ai : à Roland-Garros par exemple, dans le cadre de mon travail, j’ai eu non seulement la chance d’assister aux matchs, mais aussi de manger avec des sportifs comme Guy Forget, d’être salué par Nadal…et de manger du homard !

Quelle place aura le théâtre dans la suite de votre carrière ?

Une place de plus en plus importante !

Et quels sont vos pronostics pour le Tour ?

Les résultats de Bradley Wiggins lors du Dauphiné Libéré le placent en position de favori. Je pense qu’il peut y avoir une belle bagarre avec Cadel Evans !


Son fils Antoine Holtz interprète Thomas Diafoirus. Il confie :

« J’ai toujours été l’élève qui faisait rire ses camarades… J’avais cela dans le sang. J’ai toujours suivi mon papa sur beaucoup de ses activités. Il a toujours su être là, me guider et m’apprendre dans le respect de ses valeurs. Le fait de l’avoir vu sous les projecteurs tout en ayant un grand respect pour tout, j’ai à mon tour souhaité être au devant de la scène avec mon univers et le plaisir de la scène me rend accro au théâtre aujourd’hui ! « Les Fourberies de Scapin », a été ma première expérience de comédien professionnel avec Vive le Théâtre et Optic 2ooo l’an dernier ».

Laisser un commentaire

+ 28 = 31