Préparer sa retraite : calcul de sa pension, de l’âge de la retraite

Préparer sa retraite pose plusieurs questions clés : A quel âge pourrai-je partir à la retraite ? Quel sera le montant de ma future pension ? Quelles sont les conséquences des différentes réformes sur ma retraite ? Voilà quelques questions que se posent de plus en plus de Français, et la liste est non exhaustive…

Le régime de retraite français repose sur le principe de la répartition. Ce sont les actifs d’aujourd’hui qui financent les retraites actuelles.

Sachant qu’en moyenne aujourd’hui, la chute des revenus au moment de la retraite est de l’ordre de 30 % à 50 %, que penser alors du futur, où les retraités seront de plus en plus nombreux face aux actifs.

Actuellement, 160 trimestres de cotisation sont nécessaires pour liquider sa retraite “à taux plein”. Et dès 2008, il en faudra un de plus par an, pour arriver à 164 en 2012.

Les Français vont donc devoir travailler de plus en plus longtemps, pour financer les pensions des retraités…

Mais avec l’allongement de l’espérance de vie et la baisse de la fécondité, qui paiera les retraites des actifs d’aujourd’hui ?

Quand faut-il commencer à se préoccuper de cette période de sa vie ? Comment bien préparer sa retraite ? Quelques points clés.

Déterminez votre date de départ en retraite… et vos projets :

Première, et indispensable étape, savoir à quel âge l’on souhaite partir. Pour cela, il est indispensable de faire un point sur sa situation, le plus tôt possible.

Conservez vos bulletins de salaire !

Dès le début de votre vie active : archivez tous les justificatifs qui pourraient s’avérer utiles, voire indispensables à une régularisation de votre situation le moment souhaité (bulletins de salaires, certificats de travail…).

Vérifiez attentivement vos relevés de carrière et de points !

Dans un deuxième temps, et sans attendre la veille de votre départ en retraite, vérifiez précisément les salaires enregistrés par votre régime de base (CNAV, ORGANIC, CNAVPL, MSA…) et les points acquis par les régimes complémentaires obligatoires (ARRCO pour les salariés, AGIRC pour les cadres…).

Il n’est en effet pas rare de constater des oublis de la part de ses organismes, qui ne sont pas sans conséquences sur le calcul de sa retraite future !

Cette vérification, suivie d’une évaluation précise, sera le seul moyen de connaître l’âge auquel sa demande doit être faite.

Faites le point sur votre patrimoine

De nombreux produits peuvent être de très bons placements en vue de compléments de retraite :

-  le PEA (Plan d’Epargne en Actions) peut servir une rente viagère défiscalisée vous assurant des revenus complémentaires.

-  le PEP (Plan d’Epargne Populaire), aujourd’hui disparu, permet également, après un certain délai, des retraits sous forme de rentes ou de capital, exonérés d’impôt sur le revenu.

-  l’assurance vie, quant à elle, outre ses avantages en terme de transmission, offre une fiscalité très intéressante en cas de retraits partiels, permettant ainsi une augmentation de ses revenus.

- Enfin, de nouveaux produits ont fait leur apparition, comme le PERP(Plan d’Epargne Retraite Populaire). Mais cette enveloppe n’est pas le placement idéal pour tous, et il convient donc d’étudier son intérêt dans votre cas.

L’immobilier reste le placement préféré des Français qui souhaitent se constituer des revenus complémentaires en vue de la retraite. Attention cependant à la lourde taxation des revenus fonciers !

Le rachat de trimestres

Cette option vous permet de racheter jusqu’à 12 trimestres d’assurance, et vous donner ainsi la possibilité de liquider votre retraite plus tôt, et sans minoration.

Les trimestres rachetés doivent correspondre à des années d’études supérieures, ou des années incomplètes, où moins de 4 trimestres ont été validés.

Attention, le montant des rachats est élevé et augmente avec l’âge. Une étude précise est donc nécessaire afin de savoir si ce rachat est rentable. Le rachat sera d’autant plus intéressant que l’on est fortement imposé, ce dernier étant déductible de votre revenu global.

Et l’assurance dépendance ?

C’est une réalité, les Français vivent de plus en plus longtemps… Et naturellement, on devient de plus en plus dépendant… Il est donc important d’anticiper cette dépendance. Des contrats de prévoyance offrent ces garanties (versement mensuel d’une rente en cas de besoin), qui peuvent se révéler indispensables le moment venu.

Mais quand faut-il souscrire ? Le plus tôt possible. En effet, plus vous adhérez tôt, plus votre cotisation est faible, puisque les cotisations sont calculées en fonction de votre âge à l’adhésion.

La planification de sa retraite est fonction de nombreux facteurs extérieurs, d’ordre privé, professionnel ou même fiscaux.

Mais une chose est certaine, il est essentiel de commencer à épargner le plus tôt possible, pour pouvoir, dans cette nouvelle tranche de vie, profiter de tous les projets dont on a si longtemps rêvé.

Salariés :

Quelles institutions, pour quel usage ?

La CNAV (ou CRAM) vous fournira votre relevé de carrière, indiquant les salaires retenus, et les trimestres acquis. Attention, vérifiez le consciencieusement, des oublis et/ou des erreurs peuvent y apparaître, et c’est à vous d’en apporter la preuve.

Les CICAS regroupent les données concernant votre retraite complémentaire (ARRCO), et procèdent, à partir d’un certain âge, à une évaluation de vos droits futurs. Assurez-vous qu’aucune période n’ait été omise !

L’ARRCO est le régime complémentaire de tous les salariés. Vous pouvez demander, à chacune des caisses auprès desquelles vous avez cotisé, un relevé de points, qui vous permettra de vérifier l’exactitude des informations y figurant.

<L’AGIRC est le régime complémentaire additionnel des salariés cadres. C’est la dernière caisse auprès de laquelle vous avez cotisé qui se chargera de regrouper les informations sur vos points “Agirc” pour vous les communiquer.


Exemple de calcul de retraite

Monsieur Durand, Saint-Mandé, est né en 1948. Il souhaite prendre sa retraite à 60 ans, en 2008. Il aura alors validé 155 trimestres.

Quels sont les paramètres de calcul de sa retraite ?

Le saviez-vous ?

Le CEDRE (Calculateur Expert des droits à la retraite) propose des simulations sur son site www.retraite/repartition.fr/cedre/.

Retraite de base

Salaire annuel moyen X Taux de liquidation X ( Durée d’assurance / Durée de référence)

- Salaire de base annuel : calculé sur les 25 meilleures années, il est de 20 000 € brut.

- Durée d’assurance : il a acquis 155 trimestres.

- Taux de liquidation : n’ayant pas les 160 trimestres nécessaires, une décote sera appliquée. Son taux de retraite ne sera donc pas de 50 % (taux maximum), mais de 45,31 %.

- Durée de référence : Elle est de 160 trimestres.

Sa retraite de base s’élèvera donc à : 8 779 € par an.

Retraite complémentaire

- Nombre de points ARRCO : Monsieur Durand a acquis 3700 points au cours de sa carrière.

- Valeur du point : sa valeur actuelle est de 1,1104. €

- Décote : n’ayant pas une retraite de base liquidée à taux plein, une décote est appliquée sur le régime complémentaire, soit un coefficient d’anticipation de 95 %.

Retraite complémentaire s’élèvera donc à : 3 903 € par an.

Attention, ces calculs correspondent à une situation particulière, non applicable à tous.

[/vc_column_text][/vc_column][/vc_row]

Laisser un commentaire

+ 49 = 59