Habiter sur une péniche à Paris : suivez le guide

A l’heure où la question du logement à Paris devient inquiétante : flambée du prix du m2, manque de terrains constructibles… certains ont décidé d’investir les eaux et de vivre sur un bateau. L’habitat fluvial, plus qu’une solution logement, c’est un véritable mode de vie qui a un prix. Enquête sur les péniches.

« Bienvenue à bord ! ». Sa péniche, un modèle Freycinet (du nom de son architecte), notre hôte ne l’échangerait pour rien au monde. Avec ses 39,5m de long et 5m de large, elle offre une surface habitable de 170m2 en « loft » (entrée, salle à manger, salon, cuisine américaine, 3 chambres, salle de bain). Sans compter la magnifique terrasse « très agréable aux beaux jours. ». « Qui peut prétendre à un logement aussi spacieux en région parisienne ? » s’interroge-t-il en souriant. Depuis un an et demi, ce père de famille mène une existence paisible à bord de son bateau-logement amarré à Rueil sur Seine dans les Hauts-de-Seine. L’habitat fluvial, quels avantages ? « Je vivais dans un 3 pièces exigu à Paris. J’avais besoin d’espace. Avec ma famille, on profite de la ville sans les inconvénients : la pollution, le trafic, le bruit, la promiscuité…Après la journée de travail, on est vraiment heureux de quitter l’agitation pour retrouver le calme de notre péniche. ».

don-juan-galerie-1

Un rêve qui a un prix…

Une péniche de ce type se négocie à l’achat en moyenne entre 120.000 et 230.000 €. Mais sur l’eau aussi les prix flambent. Et « aujourd’hui, il faut plutôt compter entre 400 000 et 500 000 € pour un bateau-logement bien aménagé », indique les agences fluviales interrogées. On en a même vu quelques unes qui dépassaient la barre des 700 000 €. « Une spéculation due en grande partie à la raréfaction des emplacements légaux ». Enfin, pour ceux qui veulent s’amarrer dans le bassin parisien, il faut ajouter la redevance pour le stationnement (environ 10 500 € par an) et l’installation de « Duc d’Albe », pilotis d’amarrage sur une rivière ou dans un port (15 000 €). Enfin, ceux qui souhaitent naviguer doivent s’affranchir d’une taxe pour les déplacements : « la vignette » dont le montant s’élève à 45 € /jour. Et pour ceux qui seraient quand même tentés, « mieux vaut être bricoleur car les travaux d’entretien à bord sont assez importants », renchérit notre pénichard.
L’isolation de la coque (pour une bonne étanchéité) est par exemple indispensable. Même si c’est un peu cher (15 000 €), il garantit la bonne conservation de la tôle pour au moins 30 ans. Sans compter que tous les 10 ans, la péniche doit être soumise à un contrôle technique (comme une voiture) où l’on sonde l’épaisseur de la tôle. Si elle trop fine, votre certificat de navigabilité est suspendu et le bateau est retiré de l’eau.

Des pénichards soumis au bon vouloir des municipalités

Autre inconvénient : « On n’est pas l’abri d’un déménagement inopiné. En effet, l’autorisation de stationner sur les berges parisiennes relève du bon vouloir de la municipalité. Elle n’est pas définitive mais reconsidérée tous les 5 ans. » Du coup, on assiste à une recrudescence du stationnement sauvage. Mais enfin, on est pénichard ou on ne l’est pas et malgré cette incertitude, notre hôte a des projets plein la tête pour son habitation : « Je souhaite faire redécouvrir le patrimoine fluvial de Paris et sa région. Le Retz était un ancien restaurant flottant. Aujourd’hui, j’aimerais y organiser pour les promeneurs curieux des ateliers de cuisine et de dégustation animés par des grands chefs. »
Et pour les vacances ? « Comme les escargots, on part la maison sur le dos ». Grande virée sur les canaux de France… Dépaysement garanti.

Pour commencer :

La location saisonnière représente une formule intéressante et en vogue. Bretagne, Lot, Bourgogne, Alsace, Loire, Midi, Camargue… La France compte un réseau de voies fluviales de 7500 km dont 6700 gérés par les voies navigables françaises (VNF). Pour un bateau aménagé de 12,30m pour 4 personnes avec 2 cabines, comptez au minimum 1100 € la semaine en basse saison et 2265€ en haute saison. Prévoyez en outre le budget « stationnement »… Aux beaux jours, les ports français (au nombre de 370) sont pris d’assaut ! Réservez. Mais quel bonheur de traverser les campagnes de notre beau pays au rythme lent d’un marcheur. Les livres sont alors d’idéals compagnons. A moins que vos petits enfants soient du voyage ? Oubliez les livres dans ce cas…

Combien ça coûte ?

Si vous achetez une péniche, pour un bateau de 20 mètres il faudra compter aux alentours de 75000€.
Pour ce type de maison flottante, les coûts à l’année sont de :

  • Maintenance : 1 000 €
  • Amarrage à Paris : 1500 €
  • Assurance : 750 €
  • Provision pour mise en cale sèche tous les 10 ans : 700 €
  • Vignette 30 jours navigation : 259 €

Soit un budget annuel d’environ 4209 € (chiffres donnés à titre indicatif).

Le prix reste donc raisonnable !


Carnet d’adresses

Vente, achat, location de bateaux-logements

DDAD-Seineplus.com

38 avenue de Wagram – 75008 PARIS

Tel : +33 (0)1 45 72 15 44

E-mail : info@seineplus.com

Croisières à thèmes sur bateau-hôtel dans toute la France

Weekendesk.fr  (domicilié à Paris)

Renseignements : 08 20 82 10 92.

Aquaforum

Site consacré à l’habitat fluvial. Pour toutes les réponses aux questions que vous vous posez.

 www.aquaforum.org

Poursuivre la lecture :

1 commentaire - Ecrire un commentaire
  1. L’amarrage à Paris coûte 10500€ et pas 1500€, et donc votre calcul est à refaire.
    Pas si intéressant, en fin de compte ?

    Réponse de Temps Libre : Merci de votre commentaire.
    Voici donc une mise à jour en ce mois d’avril 2016 : à Paris et l’Arsenal, l’anneau à l’année varie de 2.500 euros à 14.000 euros en fonction de la longueur du bateau.
    La rédaction

Laisser un commentaire

8 + 2 =