Les banques et votre argent

Cartes, retraits, chèques…Le gestion de son compte courant devient de plus en plus compliquée et paraît de plus en plus chère alors comment s’y retrouver ?

Les français dépensent en moyenne 130 € par an pour les services bancaires. C’est à dire pour l’équipement bancaire, les packages, les moyens et incidents de paiement, ainsi que les découverts et crédits revolving. Une somme importante, mais pourtant en dessous des 145 € de la moyenne européenne ( source : étude Mercer Oliver Wyman, 2004). D’autant qu’en 2005, les services bancaires ont baissé de 8,5% en moyenne en France (selon la 3ème édition du World Retail Banking publiée en mars 2006). Des chiffres rassurants face à l’augmentation effrénée de la dernière décennie (1990- 2003) : 40% selon l’Insee, 56% selon l’Institut National de la Consommation (INC). Une croissance due à l’inflation et à la diversification des services proposés, mais pas toujours…

Quels sont ces frais bancaires , et à quoi correspondent-ils ?

Des marges allant jusqu’à 100%

Fin septembre 2004, l’Union Fédérale des Consommateurs (UFC) Que choisir a lancé un ultimatum à 5 établissements bancaires (Crédit Lyonnais, la Poste, Crédit Agricole de Lorraine, Caisse d’Epargne d’Alsace et Banque Populaire Centre Atlantique) accusés de facturer des services qui auraient dus être gratuits, comme l’accès à l’argent liquide, et de facturer des prix sans rapport avec le coût réel des services. L’UFC Que choisir avait ainsi étudié les tarifs de 8 établissements, et estimé que les banques réalisaient des marges allant de 35% sur les retraits aux distributeurs de billets, 65% sur les prélèvements et jusqu’à 100% pour les virements.

Les services courants les plus chers

Selon le site testépourvous.com , qui a publié en juillet en 2006 une grande enquête sur les établissements bancaires, les services courants les plus coûteux sont :
-  Les frais de découverts
-  Les frais de tenue de compte
-  Le choix d’une offre packagée inadaptée. Les formules tout compris recherchées pour la tranquillité n’offrent pas toujours l’ensemble des services dont le consommateur a besoin. Du coup, la facture peut s’accroître de façon importante.

La garantie d’un service bancaire de base

Pourtant la loi se pose du côté des clients. Depuis la loi de juillet 1998 sur la lutte contre les exclusions, toute personne vivant en France même frappée d’une interdiction d’émettre des chèques, dépourvue d’un compte de dépôt, a droit à l’ouverture d’un tel compte dans l’établissement de crédit de son choix. Le demandeur doit déclarer sur l’honneur à l’établissement de crédit qu’il ne dispose d’aucun compte. En cas de refus de la part de l’établissement choisi, la personne peut saisir la Banque de France afin qu’elle lui désigne un établissement de crédit. En complément, le décret du 17 janvier 2001 établit la liste des services bancaires dont peuvent bénéficier sans contrepartie contributive les personnes ayant ouvert un compte de dépôt auprès d’un établissement de crédit désigné par la Banque de France :
- ouverture, tenue et clôture de compte,
- un changement d’adresse par an,
- délivrance à la demande de relevés d’identité bancaire ou postale,
- domiciliation de virements bancaires ou postaux,
- envoi mensuel d’un relevé d’opérations effectuées sur le compte,
- réalisations d’opérations de caisse,
- encaissement de chèques et de virements,
- dépôts et retraits d’espèces au guichet du teneur de compte,
- paiements par prélèvement, titre interbancaire de paiement ou virement,
- moyens de consultation à distance du solde du compte,
- carte de paiement à autorisation systématique ; si l’établissement de crédit est en mesure de la délivrer, ou à défaut une carte de retrait autorisant des retraits hebdomadaires sur les distributeurs de billets de l’établissement,
- deux formules de chèques de banque par mois ou moyens de paiement équivalents.

Que faire pour réduire les frais bancaires qu’on nous impose ?

Laisser un commentaire

+ 27 = 34