Essai scooter Yamaha 125 X-Max : vous avez dit couple?

Vous avez envie de passer au deux-roues motorisé ? Vous craquez pour les maxi scooters 500 cm3, mais vous n’avez pas le permis ? Misez sur un 125 ! Pour vous donner notre avis, nous avons testé pour vous en milieu urbain le 125 X-Max de la marque Yamaha.

Destiné aux marchés français et aux pays où existe l’équivalence du permis auto/moto 125cm3, le petit Yamaha de la série « Max » (ndlr : le X max 125 est le petit frère du X Max 250 cm3  et du puissant T Max 500 cm3) se conduit simplement avec un permis B de plus de 2 ans. Bonne route !

Le confort à l’état brut

Pour la partie cycle, il s’avère la copie conforme de son grand frère le 250 X-Max à qui il emprunte également son habillage et la totalité de son équipement.

La ligne est racée, et le petit dernier n’est pas si petit que ça !
Pratique, il dispose d’un spacieux coffre de 47 litres capable de recevoir deux casques intégraux. Côté rangement, l’assise est confortable pour le conducteur comme pour le passager avec une large selle bien moelleuse.

En revanche la largeur de la selle empêchera les personnes de petite taille de bien poser les pieds à plat au sol. Le passager lui est bien installé, il dispose également de larges poignées de maintien et de repose-pieds repliables qui ne nécessitent aucun effort de maintien.
Voilà donc une évidence, rouler en duo avec le X-Max est tout à fait possible et même conseillé ! Bonne note également la béquille latérale qui facilite le garage rapide et éteint automatiquement le moteur une fois posée.

Une motorisation « urbaine »

Mais la véritable performance réside dans la nouvelle motorisation. Résultat, plus de couple et de puissance à bas régime ce qui lui permet de partir au quart de tour. Un avantage certain en ville où l’on a sans cesse besoin de démarrer, rouler au pas, accélérer, dépasser, etc… Avec son double catalyseur aux normes Euro 3, son monocylindre 4 soupapes à injection qui développe 14 ch, et malgré un poids important, le Xmax est l’un des scooters les plus puissants de sa catégorie.
Côté direction, il n’y a rien à redire, c’est parfait. Précise, souple et très réactive elle permet de réagir vite.
Agile dans la circulation, à partir de 80 km/h, le Yamaha s’envole littéralement et en vitesse de pointe il atteint les 130 km/h au compteur et affiche une tenue de route en courbe toujours sécurisante, même à « haute » vitesse.
Le freinage quant à lui, est on ne peut plus classique. Mais à défaut de l’ABS, il aurait au moins mérité un système de couplage.

Puissant, stable, confortable et pratique, le Yamaha 125 se révèle très polyvalent. Utilitaire et sportif à la fois, avec sa mécanique particulièrement brillante et malgré un prix plutôt salé, ce scooter s’annonce d’ores et déjà comme un concurrent redoutable pour les vedettes Piaggio  X8, X9 et Satelis en tête. Pour l’acquérir il faudra tout de même débourser 4000 euros, le plus cher du marché. La gamme de scooters et vespa Yamaha est assez vaste si le budget est trop élevé (Majesty, vity, Cygnus)

On a aimé

  • Le confort de la selle
  • La capacité du coffre
  • La puissance (14ch.)

On a moins aimé

  1. Le poids (153 kg)
  2. La difficulté d’absorption des petits chocs
  3. Le prix (4000 euros)

Fiche technique

Moteur : monocylindre, 4 temps, 124,7 cm3, refroidi par eau, 1 ACT et 4 soup./cyl., injection électronique diam. 28 mm, transmission par variateur et courroie, démarrage électrique Puissance 14 ch. (10,4 kW) à 8 750 tr/min, Couple 1,3 daN.m à 6 500 tr/min
Partie cycle : cadre double berceau en tubes d’acier, freins AV 1 disque diam. 267 mm / étrier 2 pistons – AR disque diam. 240 mm / étrier 2 pistons, jantes AV 15 pouces / AR 14 pouces, fourche télescopique, 2 amortisseurs AR
Gabarit : empattement 1545 mm, hauteur de selle 785 mm, réservoir 12,5 litres, poids 153 kg à sec Performances : vitesse maxi 110 km/h, conso moy. 4,2 l./100 km, autonomie moy. 298 km.

1 commentaire - Ecrire un commentaire
  1. J’ai eu un scooter xmax 250 pendant 1 an 1/2 et franchement j’ai beaucoup aimé.
    Sur Paris, au démarrage, même les motos n’arrivaient pas à me suivre; sur autoroute c’était au chose :-)
    Au niveau des points positifs je suis entièrement d’accord avec ce que vous listez par contre au niveau de points négatifs de son grand frère je dirais :
    – Jauge à essence pas pratique du tout : pour faire le plein c’est très compliqué d’y acceder.
    – Tenue de route des pneu d’origine mauvaise : je suis tombée à basse vitesse dans un virage, sous la pluie, sans reelle cause. L’expert qui est venue voir le scooter après l’accident était étonné de la gomme très dure des pneus et aussi du peu d’usure vue e nombre de kilometres que j’avais…

Laisser un commentaire

+ 74 = 82