Choisir des lunettes, conseils, verres ou lentilles ?

Choisir ses lunettes, ses lentilles, ses verres solaires : ce n’est pas une mince affaire. Entre esthétique et performance visuelle, Temps Libre vous aide à y voir plus clair !

Les troubles de la vue (les amétropies) touchent 56% des Français. Il s’agit de la pathologie la plus répandue parmi tous les problèmes de santé. Les amétropies varient fortement selon l’âge. Environ 1 adulte sur 4 est myope. À partir de 40 ans, la presbytie concerne la majorité des Français  : 51,3% des 40-64 ans.

Les 4 grandes amétropies

La myopie :  bonne vision de près, mais vision floue de loin, qui se manifeste par un plissage des yeux.

L’hypermétropie : bonne vision de loin, mais floue de près, qui se manifeste par une fatigue oculaire et des maux de tête.

L’astigmatisme : vision imprécise quelle que soit la distance, qui se manifeste par la confusion d, objets, de signes, de chiffres ou de lettres similaires.

La presbytie : vieillissement naturel du cristallin qui atténue progressivement la vision (lumière, formes, couleurs…).

 

Quels verres choisir ?

1- Les verres unifocaux

Caractéristiques : verres à simple foyer

Pour qui : myopes, hypermétropes, astigmate et presbytes à vision de près

Avantages : peu onéreux, ce sont les plus répandus

Inconvénients : ils ne peuvent traiter qu’un seul trouble à la fois

2- Les verres multifocaux

Caractéristiques : verres à double ou multiple foyer

Pour qui : théoriquement tous les profils

Avantages : ils corrigent successivement tous les troubles visuels

Inconvénients : l’épaisseur des verres et le temps d’adaptation entre chaque correction ont contribué à leur marginalisation

3- Les verres progressifs

Caractéristiques : verres uniques à surface non uniforme

Pour qui : tous les profils

Avantages : c’est le graal des presbytes, qui n’ont plus jongler entre différentes paires de lunettes. Ils corrigent aussi bien la vision de près, de loin et intermédiaire, avec une adaptation progressive de la netteté. Bien plus que cela, ils s’adaptent à vos habitudes visuelles.

Inconvénients : le prix est plus élevé.

CÔTÉ LENTILLES

Fini le temps où les lentilles suscitaient des interrogations  : les progrès réalisés dans le domaine de la recherche (agents hydratants incorporés, souplesse et finesse etc.) les placent désormais à égalité avec les lunettes. Les lentilles progressives jouent exactement le même rôle que les verres progressifs. Elles combinent les qualités correctives des lentilles sphériques pour les myopes et les hypermétropes et des lentilles souples toriques pour les astigmates. Plus performantes encore, les lentilles en silicone hydrogel offrent une meilleure oxygénation de la cornée, éliminent la sensation de sécheresse oculaire, et permettent un confort visuel inégalé (pour travailler devant l’ordinateur par exemple).

Questions à Agnès Valentini, opticienne diplômée en optométrie.

Lunettes ou lentilles : que choisir ?

«  80% des clients nous demandent des lunettes, tout simplement parce que les prescripteurs (les ophtalmologues) demeurent réticents à recommander des lentilles. Pourtant, les lentilles sont à même de corriger les troubles de la vision aussi bien que des lunettes, et sont souvent une alternative à la chirurgie. Dans certains cas, notamment pour les défauts importants, les lentilles présentent même une meilleure qualité visuelle que les lunettes. Elles requièrent juste davantage de rigueur dans l’hygiène, et le respect des préconisations du spécialiste pour garantir la sécurité et le confort visuels (entretien, temps de port journalier, fréquence de renouvellement dans le cas des jetables…). »

Et les verres solaires ? Comment s’assurer de leur efficacité ?

«  Le marquage CE est impératif. Attention aux « gadgets » offerts pour un tout autre achat ! Il faut ensuite faire la distinction entre la protection contre les UV et le confort face à la luminosité. Les UV favorisent brûlures, vieillissement, dégénérescence, cancer et autres dommages pour l’oeil (paupière, cornée, cristallin, rétine…). La plupart des lunettes de soleil bloquent une grande partie des UV. À l’aide d’un traitement, on peut augmenter cette efficacité jusqu’à 100%. À vérifier avant tout achat. Le confort face à la luminosité est fonction de la teinte : elle est graduée de 0 (verre blanc) à 4 (facteur de transmission < 10% : c’est le seul grade inutilisable pour la conduite de jour). On peut également trouver des verres solaires avec un traitement supplémentaire  : le filtre polarisant, qui supprime les reflets issus de la réflexion sur des surfaces planes (route, pare-brise de voiture, eau, neige, glace). Il élimine l’éblouissement et offre une meilleure perception des couleurs et des contrastes. Plus que la couleur de la monture, il faut faire attention à bien choisir la teinte des verres : à propriétés égales et selon l’individu, on peut se sentir plus « protégé » derrière une teinte par rapport à une autre (brune, grise, verte etc.). »

Un point sur les remboursements ?

« Pour les lunettes, le remboursement par la Sécurité sociale des montures et des verres correcteurs est de 60%. Une bonne complémentaire santé prendra en charge les autres frais non remboursés par l’assurance maladie. Pour les lentilles, en règle générale, la participation de l’assurance maladie est nulle, sauf si vous êtes atteint de troubles visuels mal corrigés par les lunettes. Les lentilles ne sont donc prises en charge que par certains forfaits des mutuelles (bien se renseigner). Pour les lunettes de soleil adaptées à la vue, l’assurance maladie ne rembourse les verres teintés que dans deux cas précis, diagnostiqués par l’ophtalmologue : forte myopie, et affections oculaires graves (cataracte, kératite etc.). »

2 commentaires - Ecrire un commentaire
  1. C’est absolument vrai que ce n’est pas très facile de choisir ses lunettes ou bien ses lentilles, comme l’article l’explique. Ce sont des choses que l’on doit utiliser tous les jours à partir du matin jusqu’à la nuit, donc on veut bien choisir. C’est important de prendre son temps pour être sûr de choisir celles qui vont être les meilleures pour soi.

  2. Pour 12 ans je ne porte que des lunettes, pas des lentilles. Si je suis complètement honnête, j’ai toujours peur de mettre des lentilles dans mes yeux, mais je suis aussi convaincu qu’il ne vaut pas trop la peine. Si vous aimez le style de vos lunettes, elles ne sont pas très gênantes. Certes, pour les événements de cérémonie et les portraits, je n’aime pas les porter. Peut-être je vais, un jour, considérer les lentilles pour des occasions spéciales.

Laisser un commentaire

+ 40 = 47