Comment choisir une maison de retraite ?

Si la majorité des personnes âgées préfèrent quoiqu’il advienne rester chez elles, l’évolution d’une maladie invalidante ne permet pas toujours de respecter ce souhait. Comment choisir le meilleur endroit ? Eléments de réponse.

maison-retraite

Quelle qualité de vie ?

C’est à chacun de se demander quelle qualité de vie il veut. Si le maintien à domicile est généralement une priorité, il faut reconnaître parfois qu’une personne dépendante se trouve mieux prise en charge dans une bonne maison de retraite que dans sa famille ou chez elle. D’autant que cette solution n’exclut pas de revenir passer quelques jours ou les vacances chez ses enfants.

Comment prévoir ?

Il est indispensable de se préparer, de prendre le temps. Si l’initiative vient des enfants, ils ne doivent ni bousculer leur parent, ni faire pression sur lui. Quitter son domicile, laisser derrière soi ce qui a fait sa vie, son histoire, sa mémoire est un déchirement. On ne part pas en maison de retraite comme on part en villégiature, même si on y voit une manière de rompre sa solitude, de se faire mieux aider, d’être plus en sécurité sur le plan médical.

Préparez la visite des établissements

Il est primordial de préparer et de faire participer la personne âgée au choix de sa maison de retraite. Dans la pratique, on constate que cet emménagement n’est envisagé ou consenti que lorsqu’il devient inévitable.

Ce qui compte dans le choix

Que cherche une personne âgée quand elle décide de rentrer dans une maison de retraite ?
▪ Se rapprocher de sa famille et de ses amis. Pouvoir les recevoir librement.
▪ Se trouver dans un environnement sécurisant en s’assurant qu’une aide et des soins efficaces lui seront prodigués en cas de perte d’autonomie.

Que demande la famille ?
▪ Que la maison de retraite accompagne au quotidien son parent qui ne peut plus vivre seul à son domicile.

Même dans l’urgence, il est bon de laisser ce projet « mûrir », de prendre le temps de bien faire les choses.

Les démarches préalables

▪ Demander à sa caisse de retraite complémentaire si elle a des réservations dans certains établissements pour ses adhérents.

▪ Se renseigner auprès de la mairie du lieu de résidence afin de connaître les priorités réservées aux habitants de la commune pour entrer dans le foyer logement ou la maison de retraite de la ville.

▪ Prévoir comment quitter le logement actuel : résilier son bail, vendre ou louer le domicile quitté par la personne âgée.

Les bonnes questions à poser

▪ La disponibilité : Y a-t-il une liste d’attente et si oui combien comporte-t-elle de personnes ?

▪ Les coûts

◦ L’établissement est-il habilité à l’aide sociale ?
◦ Les tarifs, hébergement et dépendance
◦ Les majorations éventuelles
◦ Les aides possibles si les ressources de la personne âgée ou de ses obligés alimentaires sont insuffisantes

▪ L’hébergement

◦ L’accessibilité de l’établissement : transports en commun, parking visiteurs
◦ L’environnement : rural ou urbain, la proximité des commerces
◦ Le nombre de résidents, leur âge moyen
◦ Le type d’établissement
◦ Le type de chambre, individuelle, double, jumelée, la surface moyenne d’une chambre, l’ameublement que l’on peut emporter
◦ Le mode de séjour possible

▪ Le degré de médicalisation et le type de résident accueilli

◦ Le type de résident : autonome, semi dépendant, dépendant, Alzheimer, Parkinson, désorienté, détérioration intellectuelle
◦ Le degré de dépendance accepté (GIR)
◦ La possibilité de rester dans cette résidence si l’état dedépendance s’aggrave
◦ Le nombre d’infirmier(ière)s, de kinésithérapeutes, la présence ou non de personnel médical de nuit, d’un médecin coordonnateur

Visiter la résidence et comparer plusieurs établissements

▪ Apprécier le site : sa situation géographique, son accessibilité

▪ Visiter les lieux : les chambres, les salles communes, le restaurant visiteurs, le jardin

▪ Obtenir toutes les informations sur :

◦ L’animation

◦ Les horaires et la préparation des repas

◦ Les services proposés : le traitement du linge, le ménage, le coiffeur, un lieu de culte

◦ L’équipement des chambres : téléphone, télévision, ameublement, sanitaires

◦ Le nombre de pièces climatisées dans l’établissement

◦ La possibilité d’amener son animal domestique

◦ La fréquence des conseils de famille

◦ Le questionnaire de satisfaction des résidents et le consulter

▪ Rencontrer le directeur de l’établissement et le médecin coordonnateur

▪ Rencontrer le personnel et les résidents

 

Découvrez les différents types d’établissement

Il faut savoir que le terme générique de maison de retraite englobe un ensemble très hétérogène dans lequel il faut distinguer diverses structures qui peuvent dépendre du secteur public ou privé :

▪ Dans le secteur privé, les établissements peuvent avoir le statut d’une société commerciale ou d’une association à but non lucratif

▪ Dans le public, les établissements peuvent relever du secteur sanitaire (hospitalier) ou de la commune.

Par ailleurs, les établissements peuvent être plus ou moins médicalisés selon qu’ils ont pour vocation d’accueillir des personnes âgées autonomes, en perte d’autonomie ou dépendantes.

Le séjour peut être de longue durée ou temporaire. Un séjour temporaire correspond à un séjour d’été, un séjour de convalescence ou bien à un séjour d’essai renouvelable. Il peut se transformer en un séjour de longue durée.

Certains établissements offrent la possibilité d’un accueil de jour.

Aujourd’hui, on parle d’EHPA (Etablissements d’Hébergement pour Personnes Âgées), ou d’EHPAD (Etablissements d’Hébergement pour Personnes Âgées Dépendantes). L’EHPAD est un établissement qui a signé une convention tripartite de 5 ans avec le département et l’Etat qui l’oblige à respecter un cahier des charges et à avoir une démarche qualité ce qui assure donc aux personnes âgées un accueil dans les meilleures conditions de sécurité, d’hygiène et de confort. La DDASS effectue des contrôles réguliers et garantit le bon fonctionnement de ces établissements.

La convention tripartite

Vous trouverez aussi les appellations MAPA (Maison d’Accueil pour Personnes Âgées), MARPA (maison d’accueil rural pour personnes âgées), MAPAD (Maison d’Accueil pour Personnes Âgées Dépendantes), mais plus classiquement les suivantes :

Les Maisons de Retraite

Les maisons de retraite du secteur public sont placées sous l’autorité d’un Centre d’Action Sociale, de l’Assistance Publique, d’un centre hospitalier ou d’un hôpital.

La maison de retraite, dès lors qu’elle est conventionnée, est nécessairement médicalisée. Elle propose à ses résidents un encadrement médical et des activités adaptées pour des séjours longs ou temporaires.

La maison de retraite permet aux personnes âgées en perte d’autonomie de bénéficier de l’attention et des soins d’un personnel permanent comprenant des médecins, des infirmier(ières)s, des aides soignants, des auxiliaires de vie, des kinésithérapeutes, des orthophonistes, des animateur(rice)s.

Les Unités de Soins Longue Durée

Appelées autrefois « hospices » puis « centres de long séjour », ces unités relèvent aujourd’hui du secteur hospitalier et accueillent des personnes qui ont perdu leur autonomie et dont l’état nécessite une aide constante en matière de soins et pour les gestes de la vie quotidienne ainsi qu’une surveillance médicale constante.

Les Résidences avec Services

Ce type d’hébergement collectif est conçu pour servir d’intermédiaire entre le logement personnel et la maison de retraite traditionnelle.

Elles sont destinées à accueillir des personnes âgées valides, autonomes, seules ou en couple, ne désirant ou ne pouvant plus vivre isolées.

Tout en conservant une certaine indépendance au sein des appartements, les résidents bénéficient d’équipements ou de services collectifs dont l’usage est facultatif et payant : restaurant, services ménagers, services paramédicaux, animations et activités diverses.

Ces établissements existent sous le nom de Foyer logement (Ils relèvent le plus souvent du secteur social et médico-social et 70% sont publics) ou de Résidence services (privés).

Une solution : les maisons évolutives

Il peut être judicieux de se tourner vers des maisons évolutives qui proposent dans un même lieu géographique plusieurs structures adaptées au degré d’autonomie, du studio indépendant à la maison de retraite avec soins médicaux. On peut ainsi, sans avoir à craindre un nouveau déménagement, passer de l’une à l’autre.

Laisser un commentaire

2 + 3 =