Détours en Tarn-et-Garonne

Le Tarn-et-Garonne allie montagnes, vignes, villages et espaces verts à perte de vue.  À moins d’une heure de Toulouse, reportage dans ce département de Midi-Pyrénées, idéal pour une escapade verte. 

Les Coteaux du Quercy – © Bernard Tauran

Été comme hiver, le Tarn-et-Garonne vaut le détour. Après un peu plus de six heures en voiture depuis Paris (environ autant de temps en train depuis Paris-Gare de Lyon) et sa grisaille, des massifs gorgés de soleil nous accueille au porte du département.

Les plus beaux villages

Autour de Montauban, chef-lieu de Tarn-et-Garonne, de nombreux villages se dessinent et sont à visiter. Parmi eux :

Auvillar, à une soixantaine de km de Montauban, est d’origine gallo-romaine. Avec sa halle circulaire, au centre d’une place triangulaire ; la Tour de l’Horloge (bâtie sous Louis XV) ou encore la chapelle des marins, cette bourgade est classée parmi les « plus beaux villages de France ».

À voir absolument : Bruniquel. Perché au dessus des gorges de l’Aveyron, ce village arbore un manteau de châteaux , notamment le « vieux château », construit sur des murs du Moyen-Âge. «Le vieux fusil» avec Philippe Noiret et Romy Schneider, a utilisé cet endroit comme décor.

Saint-Antonin, à l’Est du département, a été sous le feu des projecteurs à l’été 2014 : ce village de 1 850 habitants (800 au centre du village ) a été le théâtre du tournage d’un film produit par Steven Spielberg, « Les recettes du bonheur« . « Cette médiatisation nous a apporté de nombreux touristes, notamment américains, qui sont friands de lieux de tournage » confie une responsable de l’office de tourisme. Avec ses nombreuses maisons datant du 12ème et du 13ème siècle, sur au moins trois étages, Saint-Antonin a conservé son côté médiéval, exempte de tourisme de masse. Des visites sont organisées par l’office de tourisme, elles durent entre 1h30 et 2 heures : histoire du village, découverte du Saint-Antonin « caché », découverte de la Maison Romane (aujourd’hui un musée), de la Maison de l’Amour, de la place de la Halle…

Saint-Antonin-Noble-Val © ADT82

Construite autour d’une abbaye datant de 753 (détruite peu à peu dès 1212), ce village a accueilli de nombreuses tanneries (vous pourrez visiter l’une d’elles dans le jardin des tanneries), avec des cuves de trempage (on plongeait les peaux de bêtes dans la chaux, durant une quarantaine de jours, afin de les nettoyer).

Veger de Midi-Pyrénées

Le Chasselas de Moissac fait la fierté du Tarn-et-Garonne et fait du département le « verger de Midi-Pyrénées » grâce à ses 598 hectares de production et ses 298 producteurs. Dans l’assiette, le canard est très prisé des Tarn-et-Garonnais, qui en consomment sous diverses formes : foies gras, bien sûr,  mais aussi en magret.

Pour les amateurs de vins, un détour au Domaine de Montels s’impose. Acheté en 1973 par Aline Romain, ce domaine s’étend aujourd’hui sur trente hectares. La femme de 85 ans continue de développer son activité et produits …. cuvées de vins, du champagne mais aussi de l’eau de vie. Avec ses deux fils, elle veille au grain et assure le bon fonctionnement de ce domaine et des 11 autres hectares de vignes qu’ils exploitent à Cahors, le domaine Serre de Bovilla, dédié au vin rouge. Chaque année, les Romain organisent un grand rendez-vous à l’occasion de la Fête des vendanges, le 1er dimanche de septembre, qui rassemble, selon les années, 7 000 ou 8 000 personnes.

Le domaine de Montels
Le domaine de Montels

« Les intempéries qui ont frappé notre département l’an dernier ont empêché un certains nombre de personnes de se joindre à nous mais cela ira mieux cette année, pour la quinzième édition » glisse Aline Romain, tactile et chaleureuse. Et surtout, fière de son parcours : « nous sommes peu connus mais nos produits nous ont rapporté de nombreuses médailles (notamment seul la médaille d’Or du mondial du rosée à Cannes). Vous pouvez visiter le vignoble, avec Philippe Romain ou Camille, avant une dégustation de quelques crus dans la boutique, très fournie, du domaine de Montels.

Chemin de la Tauge 82350 Albias

Pour les fins gourmets, le restaurant-hôtel 3 étoiles « Les Boissières » propose, dans un décor cosy et chaleureux, un « menu du marché » très abordable, par exemple : pour 22,50 euros, offrez-vous une fricassée de seiches au vinaigre balsamique et sauce soja, chorizo Ibérique et salade de petits légumes croquants, suivi d’un pavé de boeuf dans le Faux Filet, provençale de légumes, pomme paillasson et lard snack avant de terminer par la galette des rois à la frangipane… Certains menus, encore plus complets, sont proposés au tarif de 58,60 euros. Il y en a donc pour toutes les bourses.

Les Boissières, 708 Route de Caussade, 82800 Bioule.

La Cuisine, lieu culturel en vogue sur les vestiges du château de Négrepelisse 

Fruit de la réhabilitation du château de Négrepelisse, La Cuisine est le centre d’art et de design du Tarn-et-Garonne. Les expositions existent depuis 2004, dans diverses salles de Négrepelisse et ont investi le château il y a deux ans.  Datant du XIIIème siècle, le château a fait l’objet d’une réhabilitation, en 2014, par les architectes espagnoles RCR (également à l’origine du musée Soulages de Rodez dans l’Aveyron).

Les fourneaux de La Cuisine © Yohann Gozard

Ce centre d’art, vous l’aurez compris, est dédié à la thématique de l’alimentation. Cuisine expérimentale avec des ateliers culinaires (payants mais abordables, autour de 7 euros), expositions temporaires, réflexion pour petits et grands… ce lieu alliant architecture moderne et fondations médiévales apporte une véritable plus-value à Négrepelisse et au département.

Une visite commentée et gratuite de l’exposition temporaire (il y en a trois par an) est organisée chaque samedi à 15 heures. La prochaine exposition aura lieu dès le 30 janvier prochain, nommée « Cocagne » et créée par l’artiste Marie Sirgue. Plus de détails sur le site internet.

Écoutez, dans la vidéo ci-dessous, la présentation de La Cusine, faite par le directeur Yvan Poulin :

Une escapade sportive, à pied ou à vélo

Randonnée dans les gorges de l'Aveyron
Randonnée dans les gorges de l’Aveyron

Vous qui aimez bouger, vous ne serez pas en reste : les gorges de l’Aveyron étant à proximité de Saint-Antonin, pas moins de huit loueurs de canoës proposent leurs services (vous pouvez naviguez jusqu’à 30 km environ). Pour les randonneurs,  25 chemins s’offrent à vous.

Le canal des deux mers est une voie cyclable de 800 km, allant des portes de Toulouse à Agen, puis jusqu’à Bordeaux.

Où séjourner

Hôtels, campings, villages de gîte, logements insolites… le département ne manque pas d’hébergements. Nous avons testé une chambre d’hôte :  « L’Alabrena » (la salamandre, en occitan), à Saint-Antonin. Cette charmante demeure de 300 m2 est nichée dans les hauteurs de la ville, entourée d’une végétation foisonnante. Laure et Olivier, véritables amoureux de la nature, accueillent des voyageurs de tout âge. Originaires de la région parisienne, ils sont arrivés en Tarn-et-Garonne en 2013 et sont tombés sous le charme de cette bâtisse chargée d’histoire. Véritable cordon bleu, Olivier prépare des produits locaux et s’essaie même à des recettes inattendues, comme ses biscuits parfumés à l’huile essentielle de géranium, une réussite ! Randonnées photo, initiation à la fabrication de produits cosmétiques naturels, création de bijoux… le couple propose diverses activités aux touristes actifs.

L'Alabrena © Olivier Lesage
L’Alabrena © Olivier Lesage

L’Alabrena, Sainte-Sabine, Saint-Antonin-Noble-Val. Chambres de 2 à 5 personnes. 

Pour ceux qui voyagent en camping-car, le département offre de nombreuses aires, pour la plupart ouvertes d’avril à septembre. Parmi celles-ci, l’aire de Montricoux, boisée, équipée de l’eau et de l’électricité, dans un camping trois étoiles avec piscine ou encore le camping du Lac, à Lafrancaise.

La liste complète des aires pour camping-car est disponible ici.

Encore assez peu visité (4 millions de nuitées en 2014), le Tarn-et-garonne vaut le détour et vous attend pour quelques jours dans le poumon vert de Midi-Pyrénées. Avec son grand air, son terroir, la sympathie et l’accent de ses habitants, oui, le Tarn-et-Garonne vaut le détour!

En savoir plus

Le site du tourisme en Tarn-et-Garonne

Reportage : Alexis Mamou

Laisser un commentaire

+ 37 = 44